QUELQUES RESTAURANTS CORSES A PARIS


 


Par arrondissement

Idéalement, j'aimerais connaître tous les restaurants corses de Paris et la région parisienne. Malheureusement c'est impossible. Cette page est donc loin d'être exhaustive. Il se peut qu'elle mette très longtemps à se compléter...
Pour une très bonne liste des restaurants corses à Paris, voir celle de la Fédération des Associations Corses en Ile de France : 
http://www.fac-idf.org/restaurants.php
Il existe également de très nombreux commentaires sur internet. Il suffit de taper le nom du restaurant et les critiques tombent !
Pour obtenir des réductions, voir aussi le site de la Fourchette : http://www.lafourchette.com/restaurant+corse+paris (liste presque exhaustive)


PARIS 1

A Casaluna
6, rue de Beaujolais
75001 Paris
Tél : 01.42. 60.05.11
Site internet : http://www.acasaluna.com/

Métro : Palais Royal - Musée du Louvre, Pyramides, Bourse

Cette chronique m'a été transmise par Valentin G. Je n'ai donc pas encore testé personnellement ce restaurant.

Dans les anciennes écuries du Palais Royal (plafond voutées, pierres apparentes)
Le chef Jean Zinger (corse par sa mère) est un disciple de Robuchon, me semble-t-il.
La cuisine y est travaillée et s'appuie intégralement sur des produits corses. Si on s'éloigne de la ruralité et du rustique de nos villages, nous avons là un angle très intéressant pour aborder et redécouvrir nos bons produits !
Si vous souhaitez l'essayer (ce que je vous recommande vivement !), je vous donnerais un conseil : en famille le dimanche midi, pour affaire le midi du lundi au vendredi, entre amis ou en couple le soir du lundi au samedi.
Je tiens à préciser que je n'ai aucune action dans ce lieu et que ma démarche est celle d'un gastronome doublé d'un gourmand, absolument désintéressée et altruiste !
Un dernier conseil ? Demandez au serveur si le chef n'aurait pas préparé un peu de soupe d'oursins, si vous les aimez vous n'en reviendrez pas ! Je vous conseille aussi : la dorade en croûte de boutargue, le civet de sanglier en saison, en dessert les tomates fraîches farcies aux framboises.

Il y aurait eu un changement de direction en 2013. A voir donc...


PARIS 2

A l'heure du vin
46, rue Sainte Anne
75002 Paris
Tél : 01.42. 61.78.73
Site internet : http://www.alheureduvin.com

Métro : Pyramides

Août 2013 : une peu comme une tocade et sans même avoir été à Cancale, ville à laquelle il est intimement lié, je me passionne pour la vie et l'œuvre du cuisinier Olivier Roellinger en achetant sa biographie et un beau livre sur les épices. La boutique où il vend ses mélanges d'épices étant située dans le quartier japonais, je décide d'y faire une petite excursion un vendredi soir. En marchant dans la rue Ste Anne, et bien que l'immeuble soit couvert d'échafaudages qui masquent complètement la vue, mon regard est attiré par une vitrine qui détonne au milieu des spécialités nipponnes. Il s'agit d'un bar à vins mais dont la sélection m'a l'air tout particulièrement orientée...corse !
Une fois nos emplettes chez Monsieur Roellinger terminées, nous n'avons qu'à traverser le trottoir pour une petite dégustation bien méritée, l'apéro saké sera pour une autre fois, place aux choix du spécialiste des cépages corses. Comme deviné, le propriétaire de ce bar à vins est d'origine corse. Il a donc choisi de mettre les vins et l'épicerie de son pays d'origine à l'honneur même s'il commerciale aussi d'autres crus d'autres régions. Nous prenons place au bar pour une dégustation d'un verre de vin de Patrimonio et d'un autre de la région d'Ajaccio et contre toute attente, c'est celui de la région d'Ajaccio qui remporte notre adhésion. Qu'il est agréable de parler des caves que nous avons visité pendant l'été 2013 avec un connaisseur. La sélection des vins au verre change chaque semaine en fonction des arrivages et des coups de cœur du patron. L'endroit propose également une petite restauration à base d'assiettes composées et de planches. L'épicerie, bien que petite en surface est bien approvisionnée. Nous avons passé un très bon moment A l'heure du vin à la fois parce que cette rencontre était inattendue mais aussi parce qu'il peut être réconfortant de se dire qu'il reste Rue Sainte Anne quelques représentants de la culture française. Les japonais dont le pays est en fait un archipel d'îles devraient être sensibles aux produits de l'Ile de Beauté.
Pour un échange musical corso-japonais voir ma page consacrée à Voce Ventu & Mieko Miyazaki et à leur disque Tessi Tessi, un de mes disques préférés.


PARIS 3


 


PARIS 4

L'Alivi
27 rue du Roi de Sicile
75004 Paris
Tél : 01. 48. 87.90. 20
Site internet : http://www.restaurant-alivi.com

Métro : Hôtel de Ville

Un samedi soir après quelques courses de Noël dans le Marais, nous tombons par hasard sur le restaurant corse l’Alivi. Le service du soir est complet mais il reste des places en terrasse sous des chauffages. Il ne fait pas si chaud ce premier samedi de décembre 2014 mais avec les manteaux et le chauffage, c’est l’occasion unique de tester cette table.

En entrée : velouté de châtaigne et quenelle de brocciu sur crouton (chaud et velouté comme son titre l’indique bien), en plat : risotto crémeux aux champignons, petites brochettes de figatellu et fenouil (bien revigorant : le figatellu n’étant pas toujours digeste mais tellement bon, l’idée de le présenter en petite quantité sur des brochettes est juste parfaite, le crémeux du risotto attenu le côté salé des brochettes) et pour finir un cheesecake au miel corse sur une base canistrelli même si pas très typique à mon avis).

Le menu entrée + plat + dessert à 30 euros me semble d’un bon rapport qualité/prix par comparaison avec les autres restaurants corses parisiens. Concernant le vin, je dois ajouter que nous avons voulu tester le vin au pichet de la maison que nous n’avons pas trouvé à notre goût. Nous avons donc demandé à changer pour deux verres de vin rouge de deux appellations différentes qui ont parfaitement  accompagné notre repas. Au moment de l’addition, le pichet de vin ne nous a pas été facturé, un geste commercial apprécié. Service très aimable et efficace, ce qui était agréable aussi car la situation en terrasse de plus en plus fraîche en cours de soirée, appelait un service tonique et un bon enchaînement des plats. Je ne peux que recommander l’établissement et sans doute une réservation au préalable afin de bénéficier de l’intérieur du restaurant qui semble très chaleureux même si la terrasse s’est avérée ce soir-là plutôt confortable malgré la saison.

L'Alivi (Paris) L'Alivi (Paris) L'Alivi (Paris)


PARIS 5

3 avril 2009 : Le Cosi

Le Cosi

9, rue Cujas
75005 Paris

Tél : 01.43.29.20.20
RER : Luxembourg
 


A u Cosi sempri ci truvate
Bell'accolta, bona roba è benestà
Indu stu locu toccu da le fate
Ci farà gran piacè di vedevi vultà.
Poème de Rigolu Grimaldi

Au Cosi vous trouverez toujours
Bon accueil, bons produits et bien être
Dans ce lieu, touché par la baguette des fées
Il nous serait très agréable de vous voir revenir.
(traduction familiale libre,
 j'aurais dit pour ma part, 
"touché par la grâce",
mais ce n'est pas moi l'expert !)


Il n'y a pas de hasard, juste des rencontres.
A 17heures, j'évoque mon abandon devant un verre de Gentile, à 20 heures la bouteille est sur la table.
Comment ai-je pu ignorer si longtemps cette rue qui mêle deux sujets chers à mon cœur ? A droite le droit et la bibliothèque Cujas, à gauche, la Corse et le Cosi.
Malgré ses hauts plafonds, l'endroit est chaleureux et la bibliothèque ressemble à s'y méprendre à celle de chez moi avec ses mélanges de guides touristiques et de beaux livres sur la Corse. Je reconnais au loin Corsica Muntagna et Maison de Corse.
Petit apéro muscat et vin de myrte pour commencer; nous partageons ensuite une entrée composée de filets d'anchois sur un toast feuilleté couvert de tapenade d'olives noires et de tomates, le soleil dans l'assiette, comme un avant goût de vacances. Puis viennent les plats : stuffatu de veau aux olives qui fleure bon les herbes aromatiques et risotto au figatellu, crémeux à souhait et si parfumé que l'odeur du figatellu me chatouille les narines.
Pas de dessert pour ce soir, la prochaine fois.
Printemps au jardin du Luxembourg, découverte du Cosi, papilles en extase, accueil chaleureux et exquise compagnie, une adresse est désormais chère à mon cœur.


Napoléon & Joséphine
Restaurant, Pizzeria, Bar

27 rue Galante
75005 Paris

Tél : 01.43.25.45.00
RER : St Michel
Métro : Cluny La Sorbonne, Maubert-Mutualité

Découvert en juillet 2014. Non testé.
 

Napoléon & Joséphine Restaurant Napoléon & Joséphine Restaurant  

PARIS 8

L'Elysée Saint-Honoré

130, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Tél : 01.42.25.07.77.

Ouvert 7 jours sur 7. Terrasse.
Métro Franklin-Roosevelt.
Difficile de réserver. Il vaut mieux arriver tôt pour être sûr d'avoir une place. 

Juillet 2009 : Le patron corse est revenu. Du coup nous fêtons ces retrouvailles autour d'une assiette de charcuterie et d'un copieux plat de cabri rôti. En plus du repas : les anecdotes de vacances en Corse de Jean-Claude, des scoops sur la publication de son  livre sur A Filetta et quelques conseils pour mon prochain séjour dans le sud...humm, ça sent les vacances qui approchent !

Ca se présente comme un bistrot parisien traditionnel. Pour autant,  pas besoin d'avoir le mot corse dans son nom ou une tête de maure sur l'enseigne pour être un bon resto corse. Vendredi 20 janvier 2006 il y avait du cabri cuisiné à l'ail au menu, mercredi 25 janvier 2006, cannellonis au brocciu. Le tout très copieux, arrosé d'un bon petit verre de vin corse sans oublier un fiadone partagé en désert. Quel régal ! Par deux fois nous avons  réglé au bar. La première fois, le patron me glisse sous le manteau une poignée de nougats corses. La deuxième fois ils nous offrent le digestif  : eau de vie pour mon ami, vin d'arbouse pour moi.  Visiblement il m'a à la bonne ! La vraie hospitalité corse doublée d'un service efficace, rapide tout en étant attentionné. Au milieu de l'hiver, alors que les dernières vacances sont loin derrière, que toutes les provisions rapportées ont été consommées, c'est  le genre de repas qui met en joie pour toute la journée. A recommander d'urgence. Si c'était plus près de mon travail, l'Elysée Saint-Honoré serait ma cantine.
Mercredi 8 mars 2006 : nous fêtons à l'Elysée Saint Honoré le nouveau site de Jean-Claude. Au programme : figattelu aux lentilles et une assiette de fromages affinés, le tout arrosé d'un petit verre de muscat en apéritif (offert par le patron), d'un petit verre de rouge et d'un digestif (à nouveau offert par le patron). Le site est bel et bien baptisé. Un café, un canistrelli et un nougat et hop au boulot, les vacances en Corse ne durent que le temps de la pause déjeuner mais c'est une pause bien reconstituante !
Mercredi 15 novembre 2006 : un groupe corse se produit. Il fait tellement doux (exceptionnel pour un mois de novembre !) que nous commençons par un petit muscat en terrasse. Une fois rentrés à l'intérieur, l'omelette au broccui et à la menthe me fait de l'œil. Il faut dire que j'avais une envie d'omelette au brocciu depuis mon passage à Calvi en septembre (va savoir...) et une envie non contentée tourne vite à l'obsession chez moi ! L'omelette, les chants corses, le muscat, franchement c'était trop top !
En quelques mois, l'Elysée Saint-Honoré est devenu mon resto point de rendez-vous. Rendez-vous personnels ou professionnels, tous les prétextes sont bons pour s'y retrouver. Je ne compte plus les évènements fêtés dans ce lieu : le nouveau site de Jean-Claude, la sortie du disque Médéa d'A Filetta en juin 2006, mon anniversaire, le débriefing post Rencontres polyphoniques de Calvi, bref nous sommes de bons clients et toujours aussi bien accueillis. 


L'Empire du 8ème

11 rue Jean Mermoz
75008 Paris
Tél : 01 43 59 21 47, Fax : 01 43 59 21 00

e-mail : contact@lempiredu8eme.com,
site internet : www.lempiredu8eme.com


 


Mai 2007
Ouverture d'un nouveau resto corse à Paris dans le 8ème.
Voici leur communiqué de presse :

Chères clientes, chers clients, C'est avec un immense plaisir que nous vous annonçons la naissance de l'Empire du 8ème, restaurant corse - bar lounge. Autour d'un décor empire chic très chaleureux, nous vous invitons à découvrir une cuisine corse et un accueil riches du savoir-faire d'autrefois. Toute l'équipe de l'Empire du 8ème vous reçoit chaque jour, du lundi au samedi. Déjeuners, dîners, bar-lounge, sons et guitares, soirées à thème, défilés, DJ, privatisations...Rendez-vous donc au 11 rue Jean Mermoz à Paris 8ème pour un accueil, une rencontre, une histoire, une amitié, une île, un lieu... l'Empire du 8ème. À bientôt!                                                                            
 

Voir une critique de 2011 sur le blog de Flavie : http://www.flavieaurestau.fr/2011/03/lempire-du-8eme/
 



Critique dans Télérama Sortir n° 3014 du 17/10/2007.
J'aime bien l'idée d'un corsica burger : pain à la farine de châtaigne et fromage corse.
A accompagner de corsica cola. Quant aux frites, l'histoire ne dit pas si elles sont corso-belges.
 



Hamburger corse, image Anto Marini
Une autre vision, plus rustique du hamburger corse en rando...


A la Châtaigne

22, rue de Miromesnil
75008 Paris
Tél : 01.40.07.90.86

Site : www.alachataigne.com

Métro : Miromesnil

 

30 juillet 2008 : quelques jours avant la fermeture pour congés (que j'imagine bien mérités), j'ai testé entre amis le tout nouveau restaurant A la châtaigne
Il faut dire que la défaillance du beau Serge qui nous recevait rue du Faubourg St Honoré avait de quoi nous pousser à explorer un peu plus le quartier des affaires à la recherche d'un nouveau port d'attache. C'est chose faite je pense avec cette toute nouvelle affaire familiale ouverte le 1er avril 2008. Avant de s'attabler, on ne peut qu'admirer une déco très soignée dans les tons taupe, marron chocolat avec quelques touches de vert (zut je n'ai pas l'appareil photo car c'est exactement ce que je souhaite pour ma future bibliothèque livrée ce matin même). Des toiles peintes sur mesure habillent tout un mur. L'endroit est cosy à souhait. Même la traditionnelle tête de sanglier figurant dans toute auberge corse digne de ce nom a été relookée et pour un peu j'en voudrais presque chez moi ! 
Pour fêter l'été charcuterie corse et clos Léandri, puis 4 succulentes salades de légumes grillés, tomates confites, fromage corse frais et charcuterie nous font oublier que nous sommes à Paris. En dessert exquis babas aux pèches de vigne et nectarines à l'alcool de pèche et tarte à la châtaigne pour faire honneur à la spécialité de la maison. Un café et un pruneau pour digérer et hop au boulot ! Addition dans une fourchette plutôt haute mais consommer corse dans un beau cadre et un beau quartier à un prix. Il me tarde que nous soyons dans une saison un peu plus fraîche pour revenir goûter les spécialités plus consistantes de la maison. L'endroit est petit, réserver me semble donc préférable.  

4 mars 2009 : repas entre webmastorus. Très bonne planche de charcuterie à partager en entrée en attendant la préparation de nos plats, succulente côte de veau au miel et aux figues rôties, café gourmant manquant malheureusement de touche de châtaigne mais j'imagine qu'il change en fonction de l'humeur du chef, accueil chaleureux et ambiance toujours aussi cosy; un restaurant qui ne connaît pas la crise, complet le midi. Malgré l'excellence des produits et la présentation soignée du chef, l'addition fait mal, à réserver à certaines occasions donc.

En 2014, le restaurant A la Châtaigne étant jugé "trop petit", il s'est vu complété par un petit frère à proximité L'orriu di Beauvau, tenu par la même propriétaire (Vesna Grimaldi).



La Biscotte

8 rue Berryer
75008 Paris
Tél : 01.53.76.22.70

Métro : Georges V, Saint-Philippe du Roule, Ternes

 

Bar à vins Corse découvert par une collègue en novembre 2011. Non encore testé.

"Un très actif et, certains soirs carrément polyphonique, bar à vins corse dégoupillant toute une série de flacons militant les vignes insulaires; le maquis offrant une sympathique et solide réplique, l'instant de quelques plats du jour, charcuteries et fromages." (Figaroscope du 2/10/2010).

L'Orriu di Beauvau

4, rue des Saussaies
75008 Paris
Tél : 01.42.65.24.90
Mail : resa@lorriu.com

Site : http://www.loriu.com/

Métro : Miromesnil, Saint-Philippe du Roule, Madeleine

De 12h00 à 15h30, de 19h00 à 23H30, fermé le dimanche

Adresse récente (qui date de 2015) non encore testée.

Il semblerait que les propriétaires soient les mêmes que ceux de A la Châtaigne (ci-dessus). Même chef : Yann Rebillard. Cuisine corse et méditerranéenne.

L'oriu en corse signifie refuge, bergerie.
Pas loin de l'Elysée, ça peut être utile d'avoir un refuge corse réconfortant !

 

L'Orriu di Beauvau, Paris 8


PARIS 9

Casa Olympe
Olympe
Versini

48 rue Saint Georges, 
75009 Paris
Tél : 01.42.85.26.01

Métro : St Georges
www.casaolympe.com/

C'est une collègue documentaliste qui m'a fait découvrir l'endroit en février 2007. Qui dit février, dit hiver, donc période pour une bonne soupe corse à la châtaigne et au figatellu (saucisse de foie de porc) et du lapin en cocotte pas facile à découper mais succulent . L'endroit est très intime, un peu comme un restaurant-boudoir vu sa petite taille. Entre l'ardoise du jour et la carte on ne sait que choisir. A noter : Olympe Versini n'a pas peur de proposer des abats.
Visiblement Olympe Versini est une self-made woman qui a beaucoup de charisme pour avoir renoncé aux honneurs du guide Michelin et préféré revenir sur le terrain avec un petit restaurant de 32 places assises où elle propose une cuisine méditerranéenne inspirée de sa Corse natale. Cuisine que l'on peut retrouver dans son livre "Olympe La gourmande impatiente, 146 recettes de la Casa" aux éditions R. Laffont, 2003. Le restaurant est fermé le week-end. Dommage pour les habitants de ce charmant quartier parisien mais l'implication du Chef semble tellement intense qu'on ne peut lui reprocher de se ressourcer en fin se semaine. Merci Pascale pour ce moment privilégié !

Casa Olympe : la nourriture des dieux par Marie-Joseph Arrighi-Landini in Terra Corsa n° 30 d'avril-mai-juin 2010, pp. 90-91
"Derrière la devanture chic et sobre de la rue Saint-Georges se cache un petit repaire de gastronomes. Trente places à peine, un menu carte, une ambiance bistrot et un chef pas comme les autres aux commandes...Olympe Versini, étoilée, toquée, célébrée dès 1980, a trouvé ici son havre de paix, comme un retour à ses premières amours."
Voir l'article (format pdf).


Terra Corsa

42 rue des Martyrs,
75009 Paris
Tél: 01.48.78.20.70

Ouvert du lundi au samedi de 10 à 21 heures et le dimanche de 10 à 19 heures.
Métro Notre Dame de Lorette, Saint Georges


Terra Corsa est une épicerie qui possède quelques tables.
Je n'ai pas testé pour ma part mais mon envoyée spéciale de le quartier semble avoir bien apprécié sa pause corse dans le Paris déserté de fin juillet 2011.

Pour plus d'informations sur l'endroit voir la page Epiceries corses.
 


images de mon envoyée spéciale dans le quartier

 


Papacionu

7, rue Cadet
75009 Paris
Tél: 01.45.23.90.03

Page Facebook

Ouvert Tlj
Métro : Cadet


 

Critique du Parisien en date du 5 décembre 2013

Des pizzas incroyables, l'amitié corse en plus

Si à Ajaccio, le Papacionu est une institution depuis 20 ans, il pourrait très vite le devenir à Paris !
Installé désormais au 7 rue cadet dans le 9eme, le Papacionu (bon vivant en Corse) accueille ses clients en amis. Sur deux étages, dans une ambiance chaleureuse et amicale, Christophe et son équipe y servent des pizzas généreuses en demi-lune dont la pâte est particulièrement fine et met divinement la garniture en valeur. La carte propose une vingtaine de variétés parmi lesquelles des créations audacieuses comme la Papacionetta (Mozzarella, tomates cerises, roquette, vinaigre balsamique, pignons et basilic), la Foie Gras (accompagnée de confiture de figue) ou la Saint-Marcelin (et sa tapenade). Et pour les amateurs de produits corses : La Spuntinetta (tome et pancetta) et la copieuse calzone agrémentée de cognac et de pignons.
Tout cela pour des prix très abordables : de 10 à 17€ (pour la Foie gras).

Sans oublier, pour les grandes faims entre amis, de grandes pizzas apéritives à partager, sans oublier, la soupe du jour, des antipasti et desserts italiens ainsi qu’une sélection de charcuterie, de vins et d’eaux corses.

Le mieux est de venir tester sur place ! C'est ouvert tous les jours midi et soir.

http://you.leparisien.fr/conso-passions/2013/12/05/le-papacionu-paris-des-pizzas-incroyables-l-amitie-corse-en-plus-21797.html?file=44012#images


PARIS 10

Terra Corsa

1, cour des Petites-Ecuries
75010 Paris
Tél : 01.45.23.18.94

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

"Seconde adresse pour cette enseigne insulaire en forme de garde-manger où, entre les flacons, les bocaux et les charcuteries en provenance directe et intègre de l'île de Beauté, il est possible de se faire un habille casse-croûte à la Corse." (Figaroscope du 16/11/2011).


Ouh là là ! Cantine Saint-Martin

94 rue René Boulanger
75010 Paris
Tél : 01.42.38.27.42

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

Cantine Ouh làlà ! : semaine corse Cantine Ouh làlà ! : semaine corse

21 mars 2014
Il ne s'agit pas d'un restaurant corse à part entière mais cela n'exclut pas un petit clin d'œil à Ouh la la ! la cantine St-Martin. Dans leur formule à 12,50 euros qui comprend 3 tacos revisités, ils incluent un dessert au choix. Notre choix s'est porté sur un fiadone, gâteau corse, préparé selon la recette de la mamie de Cécile, copropriétaire des lieux. Non seulement nous avons adoré l'endroit et la cuisine mais l'hospitalité corse s'est bien confirmée. Rendez-vous compte un peu, un fiadone, bon comme chez mamie, compris dans une formule d'un bon rapport qualité-prix, un accueil plus que charmant, le tout dans les temps pour assister au spectacle de Camille Chamoux au théâtre du petit Saint-Martin, c'est ce qu'on appelle une soirée réussie sur toute la ligne ! Précision qui a son importance, dans cette cantine tout s'emporte, y compris le fiadone, emballé, à consommer sur place ou à emporter. Hors formule il coûte 4 euros. Et pour ceux qui se demandent ce qu'est un fiadone, c'est un gâteau typiquement corse à base de brocciu (brousse), parfumé de zestes de citron et parfois d'eau de vie (pas d'eau de vie dans la recette de Cécile). On le trouve au menu de tous les restaurants corses et dans les boulangeries de l'île. Sur Paris, en dehors des restaurants corses et des épiceries corses, il est rarissime de le trouver, sauf si une mamie a gentiment donné sa recette ! Le menu étant régulièrement revisité on peut s'attendre à trouver d'autres incursions dans la cuisine corse comme des cannistrelli à la figue ou un tacos revisité façon cannelloni brousse épinard.
En juillet 2014, la fameuse recette du tacos "comme un Cannelloni brousse-épinard" a été révélée à Biba Magazine.
http://www.bibamagazine.fr/style-de-vie/cecile-et-vincent-vous-presentent-un-tacos-gourmet-a-la-corse-tres-ouh-la-la-8161
Nous l'avons testé lors d'une soirée corse organisée par la cantine avec deux autres recettes tout aussi savoureuse ainsi qu'une planche de charcuterie/fromage et du vin de la famille qui allait bien. Super ambiance en ce soir de défaite de la France contre l'Allemagne, une défaite qui ne nous aura pas coupé l'appétit. Je ne peux que vous inciter à tester la cantine pendant ou en dehors de sa semaine corse.


PARIS 11

Bistrot crêperie corso-breton découvert sur le site de la Fourchette au moment des promotions pour la Chandeleur.
En entrée des planches de charcuterie et de fromages corses.
Et des crêpes salées ou sucrées dont une crêpe charcuterie corse/œuf/salade et une crêpe confiture de châtaigne corse/amandes grillées et chantilly maison.
Le site ne parle pas de pâte à crêpe à la farine de châtaigne. Je ne sais pas si c'est une bonne idée de cuire la charcuterie corse ? C'est pas du bacon, non plus ! Ceci dit, j'aurais plutôt tendance à faire confiance aux mamies surtout si elles sont corso-bretonnes !
Resto non testé ce jour (16 février 2013). A voir bientôt donc...


Le BarBat

23 rue de Lappe
75011 Paris
Tél : 01.43.14.26.06

Métro : Bastille, Ledru-Rolin

 

 

Au hasard d'une balade dans Paris, samedi 13 avril 2013, (encore) un jour de chance, nous tombons sur le BarBat, dont je connaissais le nom mais que je n'avais jamais eu l'occasion de tester.
Le BarBat c'est le bar corse de Paris (qui fait aussi restaurant) dans une rue dédiée aux sorties, à la fêtes, aux bars; une rue très jeune, étudiante, cosmopolite et touristique.
Décors planté. On ne va pas au BarBat pour se faire des confidences en chuchotant. Dans ce bar on trouve donc un joyeux mélange de supporters de foot qui regardent le match en direct sur une TV grand écran, d'étudiants en groupe, de touristes en goguette, d'amis qui se retrouvent, quelques couples et des serveurs corses (accent, look, tout est authentique !). Tout ce petit monde discute (avec enthousiasme), boit corse, bières, vins et cocktails corses sur la carte, ou pas, la spécialité de la maison étant visiblement une sorte de bassine de Mojito agrémentée de nombreuses pailles à partager entre amis jusqu'à plus soif ! Et quand il n'y a plus soif ou qu'il fait faim, le menu est là pour ça.
Ce soir là, nous avons testé des cannelloni au brocciu avec une bouteille d'Alzipratu rouge (vin corse de la région de Calvi) et je dois dire que nous nous sommes régalés.
Tout d'abord l'accueil était parfait même si nous étions samedi soir et qu'il y avait foule. Les cannelloni étaient moelleux, gouteux, copieux, les plats bien gratinés et bien chauds. Quant aux déserts (une mousse miel/figues crumble de spéculos et un fiadone), ils ont été tout autant appréciés. Petites précisions, qui pourraient contrarier quelques puristes, les cannelloni étaient confectionnés avec des épinards et non des blettes mais cette précision était portée sur la carte, le crumble de la mousse qui aurait pu être un crumble de canistrelli était un crumble belge une fois (spéculos) et le fiadone était présenté légèrement tiédi dans un petit plat de type plat à gratin plus comme un flan que comme une tarte (donc sans croute dans le cas présent). Personnellement je n'ai rien contre les adaptations si le résultat me plaît, un peu d'innovation ne fait pas de mal ! Je préfère de loin une cuisine, simple, goûteuse et sans prétention à une pseudo-gastronomie qui ne tient pas ses promesses.
Ambiance jeune, festive, certes bruyante mais sur autour de notre petite table ronde et confortablement installés dans des fauteuils clubs, je n'ai pas eu l'impression que le bruit était assourdissant.
Les autres plats aperçus aux tables voisines (hamburger corse, agneau rôti) semblaient copieux et appréciés.
J'ai aimé voir défiler les passants rue de la Lappe depuis notre table, j'ai aimé cette ambiance jeune et festive, cette cuisine simple mais bonne, le service discret mais efficace malgré l'affluence. Le Barbat me semble un bon ambassadeur de la culture corse auprès d'une clientèle jeune ou étrangère. J'y retournerai avec plaisir notamment pour tester leurs cocktails corses.

Calvi vu depuis le Barbat  Bastia vu depuis le Barbat
Ah Calvi, ville des si belles rencontres...


PARIS 14

Augustin

79, rue Daguerre
75014 PARIS
Tél : 01.43.21.92.29

Fermé le dimanche

Métro : Gaîté

Imaginé par Augustin Grisoni, créateur de l'enseigne Villa corse. Du coup, -le patrimoine culinaire de l'Ile de Beauté se faufile dans le menu-carte avec une poignée de châtaignes, un peu de brocciu, du bar corse et quelques citrons. Mais le Sud-Ouest a aussi son mot à dire par l'entremise du chef originaire du Pays basque.

Extrait du chronique parue dans A Nous Paris du 9 mars 2015.
Non testé ce jour.


 

 


PARIS 15

L'accent corse
123 rue de la Convention, 75015 Paris
Tél : 01.45.54.08.62

Tlj sf samedi (déj.) et dim.

Métro : Boucicaut

"Genre [...]cette auberge en dédicace insulaire, d'une tradition casanière, plutôt portée sur le calorique et la portion de conséquence.
Appétits timorés s'abstenir !
Prix : De la gueule à la carte (env.35-40 euros), plus doucereux au déjeuner (menus de 18 à 21 euros).
Croustillant corse : rustique. Cannelloni au brocciu : goûteux. Flan à la châtaigne : solide.
Avec qui ? I Muvrini
Bonne table : la banquette. Bonne faconde de service."

Critique du Figaroscope du 15 février 2012

A la faveur d'une invitation par un fournisseur de base de données presse, Europresse (ça me fait plaisir de les citer), j'ai eu l'occasion de découvrir l'accent corse pour un cocktail d'été. Cette invitation ne m'a pas permis de tester la carte du restaurant puisqu'il s'agissait d'une formule apéritive au bar de l'établissement. Je peux juste vous dire que l'accueil est particulièrement bienveillant et que même si le cocktail visait plutôt des notes salées, j'ai craqué ce soir là pour les petits cubes de gâteau à la farine de châtaigne et pour une dégustation pour initiés du fiadone maison. Il faudra donc revenir en petit comité pour goûter la cuisine qui ne peut être qu'à l'image des hôtes : généreuse !

L'accent corse, restaurant Paris 15
Sur la photo du Figaroscope, l'accent corse de ce bistrot ne saute pas aux yeux !

L'accent corse - Paris L'accent corse - Paris
Sur mes photos à droite, on se sent déjà plus chez nous !

 


Une fois n'est pas coutume une critique d'une revue juridique, La villa corse rive gauche de Laurence de Vivienne extraite des Petites Affiches du 28 février 2012, voir la critique (format pdf).
Faire de la veille juridico-gastronomique, c'est bon ça !

La villa corse Rive Gauche
164, bd de Grenelle, 75015 Paris
Tél : 01.53.86.70.81

La villa corse Rive Droite
141, avenue de Malakoff
75016 Paris 
Tél : 01.40.67.18.44


PARIS 16

La villa corse Rive Droite
141, avenue de Malakoff
75016 Paris 
Tél : 01.40.67.18.44

Métro : Porte Maillot

La villa corse Rive Gauche
164, bd de Grenelle, 75015 Paris
Tél : 01.53.86.70.81


La villa corse à Paris c'est un peu le summum de la gastronomie corse. Le restaurant, qui avait ouvert au départ dans le 6ème arrondissement, portait alors le nom de "Casa Corsa". A la faveur d'un déménagement dans le 15ème au 164 boulevard de Grenelle, le restaurant change de nom pour celui de Villa Corse. 
Décoration cosy, carte gastronomique et beautiful people, la Villa Corse a beaucoup fait parler d'elle dans la presse et sur internet. Sur internet, les avis des clients sont d'ailleurs très partagés : il y a les pour et les contre. Un sujet très polémique, explosif même puisqu'il ne laisse personne indifférent. 
Je me suis rendue une seule fois en 2005 à la villa Corse du 15ème avec un homme exquis et très cher à mon cœur que j'ai malheureusement perdu de vue depuis. J'en garde donc un merveilleux souvenir : la sensation d'un certain raffinement même si l'endroit est un peu surpeuplé, le plaisir de partager des affinités culturelles et gastronomiques, la curiosité de découvrir une cuisine inventive à base d'ingrédients insulaires, une madeleine de Proust dans la Capitale en plein hiver. 
La grande nouvelle est donc l'ouverture d'une seconde Villa Corse au 141 de l'avenue Malakoff dans le 16ème en décembre 2006. Le tout à quelques mètres de mon travail, l'occasion est trop bonne ! La note est parait-il salée (mais justifiée selon certains), j'envisage donc de débloquer une ligne de crédit spéciale dans mon budget 2007, l'autre possibilité étant de se faire inviter, avis aux candidats je saurai trouver des plages horaires !  A suivre...

J'ai testé la villa corse le 11 décembre 2006. Nous étions une grande tablée de collègues. Malheureusement l'endroit ne se prête pas à ce genre de tablée. Service trop lent et ambiance trop feutrée. 
J'ai pour ma part beaucoup apprécié le millefeuille au brocciu et le suprême de canette au miel corse avec sa polenta bien moelleuse. Le nombre des convives m'a donné un bon aperçu des plats disponibles. Chaque plat se distingue par une touche corse : poêlée de soupions à huile d'olive Terra Rossa, terrine de sanglier, souris d'agneau braisée à la Pietra, cannelloni au broccui, stufatu de veau corse tigre aux olives, sélection de charcuterie et de fromages, fiadone et autres délices à la châtaigne.
La déco est luxueuse, très cosy, très feutrée, rien à voir avec une ambiance typiquement corse mais quelque part on ne va pas se plaindre car les têtes de sanglier, le crépis pseudo-rustique et les bancs en bois dur, c'est pas ce que l'on fait de mieux pour apprécier une cuisine aussi fine et raffinée. Par contre c'est une déco plutôt sombre et intime qui se prête divinement bien au soir mais qui peut faire un peu déplacée pour un repas d'affaire enfin c'est selon.....Je pense que c'est l'endroit idéal pour boire un verre le soir et enchaîner sur un repas que l'on prendra le temps de savourer. Les plats de poissons de la carte ne figurent pas dans la formule du midi, une bonne raison pour venir les tester le soir. Quant au midi, la formule entrée + plat ou plat + dessert avec un verre de vin ou café à 25 euros est attractive pour découvrir l'endroit. A conseiller à mon avis plutôt si on a du temps devant soi.
En résumé, un endroit à essayer le midi pour un tête à tête confidences avec une bonne copine. Y revenir le soir avec un prétendant pour une soirée dégustation du meilleur de la Corse dans une ambiance facilitant la séduction.
Pour l'anecdote, Jacques Dutronc est passé en voisin saluer la patron. Il avait ses ray-bans fumées, un cigare plus gros qu'un barreau de chaise, sa coupe de cheveux habituelle  à savoir cheveux assez longs plutôt ébouriffés et un blouson de style aviateur. Il faisait tellement plus vrai que le vrai qu'on l'on aurait pu croire à un imposteur déguisé en Jacques Dutronc, heureusement notre connaissance du quartier nous laisse à penser que Françoise Hardy réside quelque part dans le coin. Il s'agissait donc du vrai et non d'une copie. Vu le quartier et la concentration d'artistes et producteurs, la villa corse bien devenir un repère de people. Enfin les peoples qui aiment la Corse...ils sont assez nombreux, je ne me fais pas de soucis.

En janvier 2007, j'ai eu l'occasion de revenir à plusieurs reprises et de tester d'autres plats notamment les poissons et le fiadone.. Toujours aussi excellent et comble du bonheur, il y a un vrai-faux feu de cheminée, des lustres en verre de Murano sublimes et un personnel en nombre donc assez attentif. Par rapport à décembre 2006 (mois de l'ouverture), l'endroit est devenu très couru : principalement des hommes d'affaires, des bobos du 16ème, un soupçon de diaspora corse et toujours Dutronc fidèle au poste côté bibliothèque dans le coin fumeur. 
Un aspect intrigant est la devise non traduite qui figure sur la carte de la villa corse : 

"Vulemu chi tutt' ognunu qui si senti in casa soia/Ritruvabbici ogni tantu, ci ne farete a gioia"....

Je me demande ce que l'homme d'affaire parisien qui vient déjeuner ici peut bien comprendre. Peut-être est-il à deux doigts de penser que c'est un slogan indépendantiste ou une explication corse sur la déduction fiscale de sa note de frais ? Bref je me devais de rétablir la vérité et pour cela j'ai consulté les hautes autorités dont voici la traduction presque littérale :

"Nous voulons que chacun se sente ici comme à la maison/De nous retrouver régulièrement vous nous en donnerez le plaisir"...C'est gentil, pourquoi ne pas l'avoir écrit en français pour que tout le monde l'apprécie ? On va dire que c'est pour faire parler le webmaster de ce site...

Février 2007 : j'ai testé tous les différentes tables du restaurants. Le milieu est stratégique pour avoir une bonne vision sur l'ensemble de l'endroit, devant la cheminée est un endroit vraiment cosy, en mezzanine souffle une ambiance un peu vieille colonie avec vue plongeante sur les lustres mais le top du top c'est le côté bibliothèque pas tellement pour les livres puisque je leur tournais le dos mais pour un petit canapé délicieusement confortable d'où il est très difficile de s'extraire après un aussi bon repas surtout si c'est pour repartir travailler !   
D'après la Corse Votre Hebdo du 9 au 15 février 2007, c'est Pascal Flori de Murato qui approvisionne la Villa Corse en charcuterie.

Avril 2007 : la villa Corse est à l'honneur dans l'émission du savoureux Jean-Luc Petitrenaud (Les Escapades de Petitrenaud le dimanche midi sur France 5).
On y apprend que le chef de la villa Corse n'est pas corse d'origine (savoyard !) ce qui ne l'empêche pas de marier les ingrédients corses avec brio sous l'œil vigilant de son patron.
Extraits du site France 5 : 
Nous continuons notre escapade printanière à La Villa Corse, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Au menu figatelli, cabri, brocciu... Alexis Jordan revisite à sa manière de grands standards de la cuisine corse.
Voici le cabri de 6 heures, rôti, bien coloré et rehaussé d'herbes du maquis, le loup poêlé, le millefeuilles de sardines au brocciu et concassé de tomates... En dessert, le chef nous concocte des fraises à la myrte et menthe, servies avec une quenelle au fromage de chèvre. C'est la Corse lumineuse que l'on retrouve dans ces assiettes.

Quelques critiques gastronomiques 


Elle, 19 février 2007, p. 162


Télérama Sortir, 28 février 2007, p. 8

 


L'Agnone
54, rue de Longchamp
75016 Paris
Tél : 01.47.55.01.31
Tlj sauf samedi et dimanche

Métro : Boissière

Testé en juin 2014. Super accueil. Une succulente planche de charcuterie, fait une entrée très copieuse pour deux personnes. Elle est accompagnée par une bouteille de vin rouge Enclos des Anges, Calvi 2012 (très bonne année pour différentes raisons !) qui va très bien. Nous poursuivons le repas avec un bar et ses artichauts et un magret de canard sauce myrte (légèrement sucrée) et pommes grenailles. Le repas s'achève sur un petit verre de myrte offert par la maison selon une tradition qui est plutôt rare à Paris. Pas de voiture à prendre pour nous ce soir, nous remontons donc l'avenue Kléber le cœur léger. L'Agnone fut une très belle halte en attendant notre prochain séjour sur l'Ile et présente l'avantage d'être proche de mon lieu de travail et donc d'être envisageable pour un petit shoot de produits corses le midi. Ambiance plutôt calme le soir de notre passage mais le restaurant organise aussi des soirées musicales. Un burger corse à la carte non testé ce soir là. La carte propose aussi quelques plats dans l'esprit "bistrot" pas spécifiquement corses. Bon choix de vins corses mais pensez à demander la carte ou les prix pour faire votre choix en connaissance.

 


L'Agnone L'Agnone


PARIS 17

Le Wagon Bleu
7 rue Boursault, 75017 Paris
Tél : 01.45.22.35.25
http://www.wagonbleu.fr/

Métro : Rome

Alors ça c'est une petite surprise de l'été 2012, venue par le biais d'un RDV professionnel. Souhaitant changer de quartier pour ce déjeuner d'affaire et trouver un "territoire" intermédiaire entre mon lieu de travail et celui de mon interlocutrice avec laquelle je partage une ligne de métro commune (ligne 2), je lui propose de nous retrouver dans le 17ème arrondissement, comme un voyage dans un quartier où j'ai vécu il y a longtemps. Pour le mot voyage, je ne croyais pas si bien dire puisque dans ce wagon restauré de l'Orient Express posé en surplomb de la ligne St Lazare, ça sent déjà les vacances ! Le lien entre le décor du Wagon Bleu et la Corse peut sembler abstrait si l'on y pense mais à peine franchie la porte de l'établissement, pas de doute sur les attaches insulaires des propriétaires : bières corse à la pression, très jolie collection de cartes postales de l'eau d'Orezza au mur, menu corse pour les ingrédients et les plats choisis : ici aussi on pratique le Corsica Burger, les planches de charcuterie et de fromages corses.
Nous partageons d'ailleurs une planche de charcuterie en entrée, puis mon interlocutrice opte pour une escalope Cinto tandis que je choisis une salade, pas typiquement corse à vrai dire mais il fait un peu lourd ce jour-là et l'envie de fraîcheur l'emporte sur le patriotisme culinaire, pour finir par une assiette de fromages à partager, accompagnée comme il se doit de sa confiture de figues et d'un verre de vin rouge du pays. Ah ça sent les vacances, y'a pas à dire !
C'est un endroit où j'aurai plaisir à revenir, notamment en soirée pour un apéritif en terrasse si le temps le permet et en hiver pour déguster des beignets au brocciu, inscrits à la carte mais pas disponibles ce jour là. Merci à Carole (et oui nous étions 2 Carole) pour son invitation et la découverte de cet endroit insolite qui semble d'ailleurs très au point sur les organisations de manifestations si j'en crois leur site internet.
J'aillais oublier : le restaurant possède un coin épicerie approvisionné avec quelques spécialités comme des sirops à l'ancienne, des confitures, des miels, de l'huile d'olive et du Salinu, condiment préparé avec des noisettes de Cervione grillées et concassées puis mélangées à du sel. A la carte du restaurant : les tomates au Salinu. Une entrée non testée le jour de mon passage, une raison de plus de revenir !

 



 

Le Petit Champerret
30, rue Vernier, 75017 Paris
Tél : 01.43.80.01.39
Tlj sf sam. et dim.

Métro : Porte de Champerret

C'est un bistrot de quartier dont le patron est corse (Gérard Castellani) et dont le (nouveau) chef est basque (Nicolas Gaulandeau). Découvert en fin d'année 2012 au hasard d'une critique de Télérama qui ventait son civet de sanglier. Testé un vendredi soir, le 11 janvier 2013 : une entrée du jour (mousse de fromage frais au crabe), une terrine de foie gras au cap corse, une cocotte de poulet jaune, purée de butternut, une palombe rôtie, un cheesecake confiture de clémentine, un café et un vin qui fait tout avouer, un rouge du Domaine Gentile.
Plus d'un mois après notre passage, alors que j'écris cet article, j'ai surtout le souvenir d'une soirée très chaleureuse, comme un repas entre amis. Tout était parfait : les plats,  l'accueil, le service, l'œil attentif du patron, l'ambiance donnée par les habitués dont on envie facilement le repère. Un seul regret peut-être, n'avoir pas salué le chef, qui se donne du mal pour créer des plats innovants tout en conservant des accents corses ou basques, selon le choix sur l'ardoise. Pas vu de sanglier ce soir là mais il figure bien à la carte d'après plusieurs critiques, tout comme l'assiette de fromages corses, le tiramisu au canistrelli de Belgodère et les vins corse.
J'aurais dû prendre plus de note après cette soirée, une seule solution s'impose pour se rafraîchir la mémoire y retourner bientôt, sans doute un midi !
Il convient de réserver car le restaurant est petit, complet et a ses habitués. Les critiques sont unanimes pour saluer le nouveau chef et son sympathique patron originaire de l'le Rousse.

 

 



Colonna créateur de pizza
34, rue Lemercier, 75017 Paris
Tél : 01.83.76.03.68
Site : http://www.colonnacreateurdepizza.fr/

Métro : La Fourche

Un corse qui s'approprie l'art de la pizza avec des ingrédients de petits producteurs italiens, espagnols et corses, cela ne peut qu'interpeler. Une pizza baptisée Salsice avec des morceaux de figatelli accompagnée d'une Pietra, ça existe et ça se trouve à Paris dans le 17ème chez Monsieur Colonna, qui en plus d'être restaurateur serait aussi un artiste street art accompli puisqu'il a réalisé lui-même la déco de son restaurant branché.
Sur internet, les critiques vont un peu dans les deux sens, ceux qui adorent et qui lui décerneraient bien le prix de la meilleure pizza parisienne et ceux qui sont déçus. La meilleure façon de savoir sera donc de tester l'endroit prochainement.


 

 

  


Télérama (Sortir) du 15/01/2013

 


 

Guides

En janvier 2008, est sortie la liste idéale et presque complète des restos corses de Paris dans le magazine Terra Corsa n° 21, janvier-mars 2008. J'ai aussitôt contacté la rédaction pour obtenir l'autorisation de publier cette liste car pourquoi réinventer la roue ? A noter, cette reproduction ne doit pas vous empêcher de faire l'acquisition de votre propre copie de ce numéro spécial "Corses de Paris". Ce numéro contient en effet de très beaux portraits de la diaspora corse parisienne. Au respect devant ces belles carrières se mêle le sentiment partagé d'une forte corsitude, si bien exprimée pour beaucoup d'entre eux.

Contient un article Les bonnes adresses de la capitale, textes d'Agnès Gabrielli et photos de Richard Letur-Morel; article reproduit ici avec l'aimable autorisation de Marie-Joseph Arrighi-Landini, rédacteur en chef du magazine Terra Corsa.
Voir l'article (doc pdf).

Avril 2009 : j'ai eu communication de cette petite brochure qui me semble méconnue et pourtant si utile. Elle recense tous les endroits en France où l'on peut trouver du vin corse (bars, caves et restaurants, à Paris mais aussi dans d'autres départements). L'occasion de regarder le troquet du coin d'un autre oeil ou de faire enfin connaissance avec le caviste de votre ville. J'adore le graphisme. 
Malgré l'absence de réponse du concepteur sur l'autorisation de mise en ligne, je ne peux résister à l'idée de vous communiquer cette trouvaille qui risque d'illuminer vos soirées et vos week-ends. 
A consommer avec modération, of Co(u)rse !
Voir la brochure (doc pdf).
Les droits de la brochure reviennent l'association Uva Corse qui s'occupe de promouvoir le vin Corse, http://www.uva-corse.com




© 2002-2015 Réalisation et Conception Carole Guelfucci 
Dernière modification le 23/10/2015