Le village

Petit village de la région du NEBBIO. Ses 165 habitants se répartissent dans les 3 hameaux : Supranu, Olivacce, Monticellu.

L'église paroissiale San Cervone, de style baroque, la chapelle de confrérie Sainte Croix et la dynamique salle des fêtes se trouvent dans le hameau central (Olivacce). 
L'église a été construite entre le XIIe et le début du XIIIe siècle. De style baroque, elle abrite un tableau, réalisé par Albano Lugli, relatant l'histoire de Cerbonius, évêque toscan qui fut léché par l'ours auquel il avait été livré. L'église a connu de nombreuses modifications au cours des siècles. Deux chapelles latérales, Notre-Dame du Rosaire (1702) et Saint Pascal 1730) ont été ajoutées.
Alors que le clocher de l'église paroissiale San Cerbone vient d'être restauré en 2003, la commune projette de restaurer la confrérie Sainte-Croix et pourquoi pas d'ouvrir un musée d'art et de traditions populaires sur le thème de la vigne.
Situé à 2 km d'Oletta, le village offre une superbe vue à la fois sur la vallée de la Conca d'Oro, ainsi surnommée à cause de la richesse de son agriculture (vignes, oliviers, cultures en terrasses), sur le Couvent Saint-François et sur le golfe de Saint-Florent (7 km).


Ses vignobles

Poggio d'Oletta compte plusieurs producteurs de vin AOC "Patrimonio".
"Par ordre d'ancienneté (entre parenthèses la date de création) : le domaine Leccia (1850) 20 hectares, le domaine Boccheciampe (1929) 5 hectares, le clos Clémenti (1936) 15 hectares, le domaine Guidicelli (1997) 13 hectares, le clos Signatore 4 hectares. Par ailleurs plusieurs exploitations localisées (de part leur cave) sur des communes voisines, ont toutefois une partie de leur vignes sur le territoire de Poghju d'Oletta. C'est notamment le cas des domaines Orenga de Gaffory, Novella, Montemagni, Lazzarini, San Quilico...Le tout donnant lieu, en superficie, au 2e vignoble de l'AOC Patrimonio, derrière la commune de Barbaggio."
Jean-Paul CAPPURI. - "Poghju d'Oletta : la vie au balcon". - La Corse Votre Hebdo, n° 221, 3-9 octobre 2003, pp. 16-17.
Mise à jour de l'article : fin 2002, un jeune viticulteur, Romain Perfetti a repris 6 hectares d'un vignoble poggiolais qu'il a rebaptisé Domaine Cordoliani en hommage à son grand-père.
En savoir + : voir le guide des vins corses par l'éditeur NUSTRALE et tout particulièrement la rubrique AOC Patrimonio Muscat du Cap Corse.
Mise à jour de juin 2009 : Pierre Novella dont la cave se trouve sur la commune d'Oletta mais qui cultive des vignes sur Oletta et Poggio d'Oletta a obtenu en 2009 la médaille d'or du concours général d'agriculture pour son vin blanc et son muscat (son muscat avait déjà obtenu la médaille d'or en 2001).
Mise à jour de juillet 2011 : Poggio d'Oletta offrirait la plus grande étendue viticole de l'AOC Patrimonio avec l'extension de certains domaines ou la création de nouveaux. Les vignerons, au nombre de douze, exercent toute ou partie de leur activité sur le territoire pogghjulacciu.

Son personnage historique célèbre : Maria Gentile, l'Antigone corse 


Dans la nuite du 13 au 14 février 1769, des militaires corses d'Oletta se soulèvent contre l'armée française. Leur "conspiration" est éventée. Ils sont arrêtés, torturés, pendus et exposés sur la place publique.
Maria Gentile, 22 ans, brave l'interdit en décrochant son fiancé de la potence pour lui offrir une digne sépulture. Elle sera à son tour jugée mais graciée. Plus tard, elle épousera le frère de son fiancé.
Selon les historiens, elle serait née Belgodère, Guidoni ou Leccia et aurait comme fiancé Bernard Leccia ou Don Petru Leccia ou Giovanni Guidoni. Pour tous, elle est l'Antigone corse.
Les ruines de sa maison demeurent au village de Poggio d'Oletta. L'association du village porte son nom.
Deux pièces de théâtre racontent son histoire : Dinetu Cot "U Mecceddu" (la boucherie) et JP Lucciardi "Maria Gentile" - 3 actes - 1912.
Jean-Claude Fiori, chanteur originaire du village a composé une chanson en son honneur dont le refrain témoigne du respect que lui portent les habitants du village : "Oh ! Maria - Jentile, Maria d'amore, Eroica d'un tempu, e donna d'onore". 
A lire : un hommage à Maria Gentile par Jean-Claude Calassi sur le site Accademia Corsa. Le poème en langue corse est suivi d'une étude très documentée sur Maria Gentile et la pieve d'Oletta au XVIIIè siècle.
A noter : l'association Maria Gentile est en charge de l'animation du village.

Un village d'artistes

Concert Barbara Furtuna

Le village peut s'enorgueillir d'avoir suscité plusieurs vocations artistiques notamment dans le domaine musical.

Ainsi, deux membres du groupe Barbara Furtuna sont originaires du coin. Ils ont participé à plusieurs formations musicales et rencontrent un grand succès depuis la sortie de leur premier album "Adasgui" (2004). 

Dans un autre registre, la chanteuse Anghjula Potentini se produit en solo entourée de trois musiciens et sort en 2006 son premier album "A lettera d'amore" où elle propose une relecture originale de vieux chants populaires.

Enfin, Jean-Claude Fiori, qui lui aussi a participé à de nombreuses formations musicales, a déjà à son actif en collaboration avec Jacques Luciani deux albums : "D'una Volta" et "Venti Messageri". Sur ce dernier figure la chanson "Maria Gentile" qui restera pour moi mon tube de l'été 2005.

Pour en savoir plus sur les chanteurs de Poggio, voir la rubrique Polyphonie.

 

Et une comédienne-romancière : Françoise Prévost
Inhumée à Poggio d'Oletta, décédée à l'âge de 67 ans des suites d'un cancer, elle repose à côté de son mari, François Poli, ancien maire de la commune, qui fut journaliste et écrivain. Elle a été révélée au cinéma par la Nouvelle Vague. En 1986, elle a reçu le prix du Mémorial, décerné par la ville d'Ajaccio pour son livre "Les nuages de septembre", saga romanesque de la famille Castelli établie à Saint-Florent. Elle était la fille de l'écrivain Jean-Prévost et de Marcelle Auclaire, la fondatrice du magazine "Marie-Claire". Elle résidait dans le hameau de Poggio Suprano.

Ses antiques mines de fer

C'est à partir de documents anciens que Pierre Comiti, archéologue, a pu retrouver deux galeries où l'on extrayait du minerai de fer à environ 1 km au nord du village, au lieu dit Gregogna. Il ne reste aucun souvenir dans la localité d'une mine de fer car les galeries en question ont servi à drainer et à stocker l'eau pour l'irrigation des terres avoisinantes. Toutefois des textes datés du XVIe et XVIIe siècles permettent de lier ces vestiges souterrains à une activité minière antérieure. De là à dire que le minerai en question aurait servi à fabriquer des milliers de boulets de canon pour l'artillerie, il n'y a qu'un pas ! 
Source : "Poggio d'Oletta : découverte d'anciennes mines" par Jean-Paul Cappuri in La Corse Votre Hebdo du 25/11/05 au 1/12/2005, n° 191, p.14.

A voir aussi

En 2014, le village se dote d'un site internet avec toutes les informations utiles ainsi qu'une galerie de photos : http://www.upoghjudoletta.fr/

Octobre 2007 : France 3 Corse rend hommage à Oletta et Poggio d'Oletta dans son émission Volte Gira du 20 octobre.
Le site de Volte Gira : http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=corse_voltegira (nécessite le plug-in Windows Media Player).
Magazine présenté par Dominique Spinosi avec la complicité de Yann Bernard et réalisé par Daniel Luccioni. 
Au programme : Maddalena Rodriguez Antoniotti, peintre, artiste et photographe, Tania Raffini, sculpteur, Barbara Furtuna et Anghjula Potentini, chanteurs, Romain Perfetti, patron du domaine viticole Cordoliani, le couvent d'Oletta et son histoire, les bois flottés d'Effets Mer et la savonnerie Mandragora, pour finir sur un vol en parapente d'Olivier Leonetti de l'association Altore et là je dis : "décoller en parapente au dessus de St Florent (ou encore mieux de Poggio d'Oletta) avec Olivier Leonetti sur une musique d'Alan Parsons Project (Eye in the sky si ma mémoire est bonne) sera incontestablement mon objectif 2008, c'est certain !" Superbe émission, images magnifiques dans les couleurs de l'automne, interview exclusives avec de très grands artistes très décontracts puisqu'ils sont chez eux, un magnifique clip vidéo de 50 minutes que l'on a envie de se repasser plusieurs fois pour en saisir toute la beauté. A voir de toute urgence pour les amoureux de la région.

Juillet 2011 : Corse Matin dans sa série "les 51 villages de Corse Matin" rend hommage à Poggio d'Oletta.
http://www.corsematin.com/article/culture-et-loisirs/poggio-doletta-a-change-dimage-pas-de-caractere

Eté 2011  : ouverture d'une ferme auberge et chambres d'hôtes A Casa di Anghjulu
 

La mairie et la salle des fêtes

Caves à Poggio

Eglise de Poggio

Vue de la route vers Oletta

En descendant de Supranu

Vue de Supranu
Vue des Crêtes La Conca d'Oro
Poggio vu d'Oletta Coucher de soleil (route de Bastia)


 U Poghju
U Poghju

  U Poghju

Dernières photos par Pierre Guelfucci, juin 2010


 English version

© 2002-2014 Réalisation et Conception Carole Guelfucci 
Dernière modification le 01/06/2014