Blason Guelfucci Blason Guelfucci

GENEALOGIE DE LA FAMILLE GUELFUCCI

SOMMAIRE

 

De vieilles diapos scannées, voir ici

Lorsque j'ai commencé cette page (en 2004 d'après mes souvenirs), je ne savais comment présenter les informations en ma possession, informations qui tenaient alors en une seule page (ascendance rapide). Je souhaitais surtout rendre hommage à mon grand-père Paul Guelfucci dont j'avais hérité des recherches et d'un goût certain pour cette matière. 
Si l'on peut véritablement parler de magie internet, elle s'applique tout particulièrement à la généalogie sur internet. En effet, lorsque l'on porte un patronyme peu commun comme Guelfucci, il est tentant de le taper dans un moteur de recherche pour voir ce qu'il sort. C'est ce qui s'est produit avec cette page. En l'espace de moins de deux ans, j'ai été contactée par tous les Guelfucci de la toile ou ceux qui avaient un lien avec la famille (petits parents à la mode corse, époux de dame Guelfucci, généalogistes en herbe, chercheurs). Petit à petit, les branches de l'arbre se sont étoffées, des énigmes ont été élucidées, les documents se sont accumulés. J'ai beaucoup appris de mes interlocuteurs. Certains m'ont même permis de comprendre l'imbrication entre la petite histoire (celle de notre famille) et la grande histoire (celle de la Corse). Je leur serais éternellement reconnaissante. 
Cette page a été l'occasion d'apprendre que finalement j'avais peu de goût pour les recherches généalogiques pures mais un grand intérêt dans ce rôle de médiateur qui diffuse l'information pour le plaisir de tous, doublé par un goût prononcé pour le romanesque et les anecdotes. 
Aujourd'hui (février 2006), si l'on imprime la totalité du site et tous ses documents liés, on doit dépasser la centaine de pages. Je suis très satisfaite du résultat. 
J'attends toujours avec impatience de rencontrer d'autres Guelfucci ou amis des Guelfucci afin de compléter la page. A bientôt donc...


 

Ascendance rapide de l'auteur du site

Blason Guelfucci

Blason Guelfucci

gauche : de sable à la croix de Lorraine d'argent accompagnée en chef d'une colombe dans un nimbe de flammes de gueules et dans un nimbe de rayons d'argent.
droite : d'azur à trois chevrons d'or accompagnés en chef de trois étoiles d'or.

Famille originaire de Tralonca.

La tradition la fait descendre de la maison de Welf.
Luca de Guelfucci, curé de Tralonca en 1684.
Paul Guelfucci, religieux.
Bonfiglio Guelfucci, secrétaire de Paoli. 

Le patronyme Guelfucci viendrait du prénom Guelfuccio, sens : "sage". 
Autre possibilité de l'origine du nom : il viendrait des partisans des Guelfes (traduction de Welf), à l'époque de leur lutte sanglante conte les Gibelins (voir détails ci-dessous)

 

Carole Guelfucci née le 13 juillet 1970 à Versailles (Yvelines), auteur de ce site.

Mon père :  Pierre (Joseph Augustin) Guelfucci né le 12 janvier 1943 à Tralonca (Corse), époux de Danièle (Claudine Michèle) Géhéniaux née le 8 décembre 1946 à Saint-Cyr l'Ecole (Yvelines).

Mon grand-père : Paul (Félix) Guelfucci né le 1er octobre 1902 à Bastia (Corse), décédé le 30 octobre 2000 à Poissy (Yvelines), époux de Marie-Antoinette Angeli, née le 16 février 1914 à Phnom Penh (Cambodge), décédée le 10 novembre 1947 à Toulon (Var).

Mon arrière grand-père : Joseph Augustin Guelfucci, né le 10 décembre 1862, décédé le 17 janvier 1928, époux de Marie Lucie Gabrielli, née le 27 août 1877 à Tralonca (Corse), décédée le 11 mars 1960 à Paris.

Mon arrière arrière grand-père : Paul Félix Guelfucci, né le 24 septembre 1828 à Tralonca (Corse), décédé le 16 décembre 1896 à Tralonca (Corse), époux de Marie Antoinette Angelini, née le 16 janvier 1831 à Tralonca (Corse), décédée le 26 octobre 1912 à Tralonca (Corse)

Lui même fils de : Siméon Guelfucci,  né le 18 juillet 1803 à Tralonca (Corse), décédé le 29 mai 1883, époux de Marie Dominique Raffaelli, née le 20 mars 1802 à Tralonca (Corse), décédée le 4 août 1840 à Tralonca (Corse).

Lui même fils de : Paul Guelfucci, né en 1769 à Tralonca (Corse), décédé le 15 février 1829 à Tralonca (Corse), époux de Marie Joséphine Raffaelli, née en 1773 à Tralonca (Corse), décédée le 4 décembre 1813 à Tralonca (Corse).

Lui même fils de : Siméon Guelfucci, décédé le 14 décembre 1774 à Tralonca (Corse), époux de Marie Catherine ?

Lui même fils de : Philippe Guelfucci et Marie Catherine Simonetti.

Lui même fils de Paul Guelfucci (vers 1700) et Marie Jeanne Guelfucci. 

 


Les arbres et les branches

Selon Dominique Taddei qui est le secrétaire de l'association de généalogie de Monticello, les branches de Sermanu, Corte et Tralonca seraient issues d'un tronc commun avec 3 ancêtres : Guelfucci Paul (vers 1700) (Tralonca), Guelfucci Jean-Paul (vers 1708) (Sermanu) et Savério Guelfucci (vers 1700) (né à Tralonca mais donne ensuite la descendance "dite de Corte"). L'arbre unique aurait sa souche à Tralonca. Le moyen pour retrouver l'ancêtre commun serait de consulter le registre de taille génois pour Tralonca de 1667 ou des actes du notaire de l'époque ou de retrouver des registres des confréries religieuses.

La lignée des Guelfucci de Belgodère dont le membre le plus célèbre est Bonfiglio Guelfucci (1721-1813) est une lignée à part, donc un second arbre qui s'éteint avec Bonfiglio, sa sœur et son frère.

L'arbre du Cortenais et ses branches 

  Télécharger la branche Guelfucci de Tralonca (document au format Excel), version du 08/01/2008 (ma branche)
                           Mise à jour de la branche de Tralonca en janvier 2008 grâce à Patrick Guelfucci.

  Télécharger la branche Guelfucci de Sermanu (format RTF), version du 25/04/2005.
Télécharger la généalogie descendante de Jean-Paul Guelfucci (1708 - ), branche de Sermanu (format RTF), version du 25/04/2005.

Les recherches sur les Guelfucci, branche de Sermanu sont celles de Marcel Cabanis qui a fait des recherches sur les origines de son épouse, Suzanne Guelfucci complétées par celles de Félix Guelfucci.

Branche dite de Corte
Télécharger la descendance de Savério Guelfucci, la branche dite de Corte (format RTF), version d'origine du 17/02/2006 mise à jour en novembre 2011.
Les recherches sur les Guelfucci, branche de Corte sont celles de l'association de généalogie de Monticello, Dominique Taddei et Jean-Louis Orticoni.
Télécharger l'arbre mixte de Bonaventura Guelfucci (1737) dont l'unique fille, Maria Catarina Guelfucci (1775) a épousé Giuseppe Campana (arbre mixte Guelfucci/Campana), version 22/05/2009 (recherches de Nina Campana).
Mise à jour et plus de détails sur cette branche grâce aux recherches de Patrice Gard en octobre 2011 (format word), où l'on apprend que des corses habitent Montfort-L'Amaury (78) depuis le 19ème siècle.
Détails sur Jean-Thomas Guelfucci, descendance et sépultures par Patrice Gard (novembre 2011) (format word).

  Télécharger les recherches de Jean-Jacques Franceschi pour la branche de Carpineto d'Orezza et Sorbo di Casinca (format PDF), version du 18 octobre 2006.
Jean-Jacques Franceschi est Guelfucci par sa mère. Ces Guelfucci sont originaires du village de Carpineto d'Orezza. Une branche s'est installée à Sorbo di Casinca vers le milieu du 18ème siècle suite, sans doute, à des inimitiés. 
L'ancêtre commun, Scafaccio di Carpineto, était un notable d'Orezza cité par Anton Pedro Filippini dans ses chroniques à la fin du 16ème siècle. Il apparaît dans plusieurs documents de cette époque. Son fils, Orsatone, était notaire et ses actes sont consultables à la Franciscorsa à Bastia ou aux archives départementales de Bastia. Il était apparenté à la famille Limperami dont une branche s'installera à Penta di Casinca.
Il existe en 2006 des descendants en ligne directe aussi bien à Sorbo qu'à Carpineto.
Télécharger des éléments récents sur la branche de Sorbo (messages de Pascal Guelfucci et de Sybille Desideri, février et septembre 2007, mise à jour en déceembre 2011).

Télécharger les recherches de Catherine Guelfucci. Ses ancêtres vivaient à Tallone. (format Word, version du 19/11/2006).

 

  Branche d'Omessa : la légion d'honneur accordée à Orso-Antonio Guelfucci, capitaine, en 1815. Il a pris le prénom français d'Antoine en entrant dans l'armée de Napoléon.
Télécharger la légion d'honneur et un document militaire (état de campagne napoléonienne)
En 2014 et grâce à la magie d'internet, la branche d'Omessa se complète avec les recherches de Marc Santini dont l'arbre généalogique couvre plusieurs villages : Tralonca par les Raffaelli, Omessa par les Rocchisani ainsi que par Orso-Antonio Guelfucci, né le 15/10/1769 à Omessa et mort en février 1816 (peut-être à Bonifaccio) et Castellare di Mercurio pour les Santini. Voir l'arbre de l'ascendance de Xavier Santini (format jpg) ou format pdf.


Branche de Sovéria - Loretto di Casinca - Sorbo Ocagnano (1) : les recherches de Jeannine Fontana et Gil Guelfucci (format PDF, version de novembre 2007) et site internet.
Ces recherches m'ont été transmises par Guelfucci Jeannine Yolande, née le 23 juillet 1946 à Toulon (Var), fille de Joseph Guelfucci, né le 26 mars 1913, à Loreto di Casinca, lui même né de Xavier François Antoine Guelfucci (1887-1982) menuisier originaire de Sorbo Occagnano , lui même né de Jean Guelfucci (1860-1893), lui même fils de Xavier Guelfucci, (1826-1876), lui même fils de Gian Giacomo (1801-1879), lui même fils de Xavier Guelfucci, (1767-???), lui même fils de Gian Giacomo Guelfucci, (1737-???). 
Le père de Jeannine Guelfucci, épouse Fontana,  ne parlait pas beaucoup de sa famille; il était le seul de ses frères et sœurs tous nés à Loreto di Casinca à être resté en Corse. Toute sa famille s'était éparpillée dans le Var (La Seyne sur Mer et Hyères). Les contacts étaient rares. Elle tient ses renseignements du petit fils (Gil Guelfucci ?) de son oncle Jean Guelfucci (1911-1980), frère de son père, qui l'a contactée et lui a envoyé l'arbre généalogique en pièce jointe de cette branche.

Jeannine Guelfucci est mariée à François Fontana. Elle a deux enfants dont une fille, Sylvie Avenoso, issue d'un premier mariage et deux petites filles. D'après nos échanges de courrier, elle se fait appeler Jeanne. Elle a une sœur Marie-Thérèse (née en 1949). Quelques temps après les messages de Jeanne, j'ai reçu 2 messages de sa fille Sylvie qui m'ont permis de compléter ce paragraphe. C'est Sylvie Avenoso qui m'a fait découvrir le site internet de Gil Guelfucci. Il retrace la généalogie de la même fratrie, celle-ci installée dans le Var. 
(1) Cette branche viendrait de Sovéria mais un doute subsiste dans mon esprit à savoir si la branche n'est pas  plutôt celle de Loretto di Casinca et de Sorbo Ocagnano.
Voir les informations transmises par Delphine Uguet, arrière petite fille de Xavier Guelfucci sur la généalogie récente de la branche de Sovéria (format PDF, version de septembre 2008 corrigée en octobre 2010).
Voir l'arbre complet d' Elodie Guelfucci sur les Guelfucci de Loretto di Casinca, Sorbo Ocagnano (format excel, version septembre 2010)


L'arbre balanin 

Télécharger la descendance de Bondolio Guelfucci (format RTF), version du 17/02/2006.

Les recherches sur les Guelfucci de Balagne sont celles de l'association de généalogie de Monticello, Dominique Taddei et Jean-Louis Orticoni.


Vos recherches
Si vous êtes né Guelfucci, d'une autre branche, je suis intéressée par votre arbre afin de le mettre en ligne.

Je recherche notamment pour le compte de Dominique André Guelfucci, des infos sur les Guelfucci d'Alando
Voici quelques données le concernant :
Dominique (André) Guelfucci, né à Corte le 23 août 1933, fils de Françoise (Suzanne) Canque (1912-1995) et de Jean-Paul (Michel) Guelfucci, né à Corte le 20 octobre 1909, décédé à Marseille le 16 mars 1949,  lui-même fils de Marie-Clélie Acquaviva (originaire du Niolo, née fin des années1870, décédée en 1942 ) et de Toussaint Dominique Guelfucci (originaire d'Alando, né après 1870 et décédé en 1929). Alando serait le berceau de la famille.
Yannick Colinet me contacte par mel en avril 2007 pour m'indiquer qu'il y a à Alondo un Charles Guelfucci qui doit avoir environ 80 ans, retraité de Gaz de France, il connait parfaitement l'histoire de la Corse et de sa famille. Piste à suivre...

Je recherche également des informations sur les Guelfucci de Sovéria notamment sur les Guelfucci cités sur le monument aux morts de la guerre de 14, les trois frères Guelfucci Don Ange Sous Lieutenant, Guelfucci Bastien Sergent, Guelfucci Jean-Paul Caporal et aussi Guelfucci Paul.

Je recherche pour le compte de Pascal Kirchmair toute information relative à la branche d'Omessa car pour son arbre nous avons seulement la légion d'honneur d'Antonio Guelfucci.
Pascal Kirchmair est né de père autrichien et de mère française. Son arrière grand-père maternel était un Vivicorsi de Corté qui s'est installé dans le nord de la France à Feignes (59). Un des ancêtres de Monsieur Vivicorsi était le fameux Antonio Guelfucci d'Omessa.


Etymologie du nom 

Les Guelfes tirent leur nom de l'allemand Welf, désignant la dynastie rivale des Hohenstaufen, ces derniers étant plus communément désignés par le mot Gibelins, de Waiblingen, en allemand. A partir d'un conflit proprement allemand, l'opposition entre Guelfes et Gibelins va se répandre dans diverses parties d'Europe à des époques successives.
Au Moyen Age, le conflit entre Welf et Hohenstaufen se transposa en Italie. Les Guelfes soutenaient le pape, les Gibelins l'empereur. Quand un clan gagnait, les perdants, ruinés, s'exilaient. Il se pourrait donc qu'un Guelfe soit arrivé en Corse à cette époque (vers 1250).


Les Guelfucci célèbres 

Le Guelfucci célèbres sont une compilation d'informations trouvées sur le site d'Orsu Ghjuvanni Caporossi, Répertoire des personnages, lettre G
http://oursjeancaporossi.club.fr/Repertoire/RepertoireG.html complétées par les informations de Dominique André Guelfucci pour Dominique Guelfucci, de Dominique Taddei pour Bonfigliu Guelfucci et par ma touche personnelle pour Petru Guelfucci.

Bonfiglio Guelfucci - Crédit photo Antoine & Marina Guelfucci

Bonfiglio Guelfucci

Crédit photo Antoine & Marina Guelfucci

GUELFUCCI Bonfigliu: (né en 1721 et décédé le 6 mars 1813 à Belgodère à l'âge avancé de 91 ans)

Son véritable prénom était Pietrantonino, Bonfigliu étant son nom de Père servite.
De Belgodère. Religieux. Père de l’Ordre des Servites de Marie. Membre des Académies de la Crusca et des Consilli. Professeur aux universités de Salamanca et Alcala. Professeur à l’Università di Corti. Homme d’esprit et de sciences. Historien de la Révolution Corse. Théologien de la Nazione. En 1760, il écrit, à Campulori, La Corsica a suoi figli. En Janvier 1763, il est envoyé en Corse par son supérieur, pour visiter les couvents et les religieux de son Ordre. Il s’installe à Corti, et devient l’ami, le confident et le conseiller de Pasquale Paoli. En Mai 1764, il termine prématurément (quatre ans trop tôt) la période de ses mémoires Memorie per servire alla Storia delle Rivoluzioni di Corsica dal 1729 al 1764. En Novembre, il est nommé professeur de Théologie et Histoire Ecclésiastique à l’Università di Corti. En 1765, il quitte la Corse pour Rome. En Mai 1769, après la défaite de Ponte Novu, il s’embarque à L’Isulà pour Livourne, d’où il prépare l’exil de Pasquale Paoli. En Juillet, avec celui-ci, il prend le chemin de l’Angleterre. Par Bologne, Mantoue (où Pasquale Paoli est reçu par l’Empereur Joseph II d’Autriche), ils arrivent en Septembre, à Londres. En Septembre 1790, il est élu membre du Conseil Général de la Corse. En Juin 1794, il participe à la Cunsulta Generale di Corti, qui approuve l’action de Pasquale Paoli et se prononce pour la rupture avec la France. Il écrit, avec Carlu Andria Pozzo di Borgo, la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse), votée par la Cunsulta Generale, qui est une Constitution Monarchique, en 12 titres et 75 articles.

Il descend d'une famille installée en Balagne à Santa Reparata, puis à Belgodère depuis le XVième siècle. La famille s'éteint avec lui et sa soeur et son frère au XIXème siècle.

Les Guelfucci de Balagne était une famille illustre qui comptait dans ses ancêtres pas moins de 5 notaires, 2 "nobles douze" et un père servite (Bonfiglio).

Pour comprendre ce qu'est un noble douze voir la page "La Corse génoise" sur le site de la préfecture :http://www.corse.pref.gouv.fr/scripts/display.asp?P=COhist_geno

GUELFUCCI Dominique: (vingtième siècle)

De Corté. En 1903, à la mort de Paul Acquaviva, son beau-père, il reprend la direction du journal Le Pascal Paoli, de Corté.

Notes supplémentaires de Dominique André Guelfucci : Dominique Guelfucci était aussi président du Syndicat d'Initiative de Corte, c'est à lui que l'on doit, d'après lui, le belvédère de la Citadelle de Corte.

Branche Guelfucci d'Alando, né en 1871 (?), mort en 1927 (?).
Mère Anna (?) RAFAELLI, de Tralonca.
Marié en 1897 avec Marie Clélie ACQUAVIVA 1872  (?) - 1945
                          
fille de Paul  ACQUAVIVA, du Niolo (mort en 1903)
                           
et de Maria MORICAULT, de Paris
4 enfants : Nini  (1899 (?) - 1964), Clélie  (1905 - 1995), Jean-Paul  (1909 - 1949), Pierre (dates à préciser)
Profession : journaliste. Nom de plume : "Sette Lunette", dont il signait ses articles.
Cf. les vers écrits par lui ("Biugrafia") cités par Maria Rosa COLONNA D'ISTRIA DI CINARCA :
    
"Portu un paghju di "lunette" è, pè di megliu, d'erconi.
    
Mi ne mettu sempre sette in tempu d'elezzioni :
    
Ind'a lotta eletturale, ci vurria un cannunchjale !" 

- collaborateur du journal en langue corse fondé par Santu CASANOVA : A Tramuntana "fresca e sana" (1ère parution 11 octobre 1896, siège à Corte de décembre 1899 à avril-mai 1902)

- directeur du journal en langue française Le Pascal Paoli (fondé en 1883) à Corte, de 1903 (succède à Paul ACQUAVIVA, son beau-père) jusqu'à sa mort.
Le journal Le Pascal Paoli aurait vivoté jusqu'en 1934 ou 1935 sous la direction de ses enfants Jean-Paul Guelfucci et de Nini Guelfucci. Ce journal était dans la mouvance de François Pietri, donc opposé aux Giacobbi.

GUELFUCCI Francescu Luiggi: (dix-neuvième siècle)

Maire de Corté en 1835. En 1837, il inaugure l'Ecole Paoli.

GUELFUCCI Luca: (dix-septième siècle)

Curé de Tralonca en 1684. Il est un des aïeuls de la famille Guelfucci de Corté, Soveria, Sermanu, Alando et Belgodère [hypothèse d'Orsu Ghjuvanni Caporossi à vérifier].

Petru Guelfucci

Petru Guelfucci

GUELFUCCI Petru

Fils de Filice Antone Guelfucci, célèbre violoneux, il est originaire de Sermanu, petit village au dessus de Corte. Ancien chanteur du groupe Canta U Populu Corsu à l'origine du renouveau de la polyphonie corse dans les années 70,  il aime à se présenter comme un chanteur-apiculteur. Sa voix "rocailleuse" est sa signature.
Son premier succès "Isula" extrait de l'album Isula (1987) est souvent repris en fond sonore des reportages sur la Corse. Ses albums "Corsica" (1989) et "Vita" (1999) ont illustré les chorégraphies de la danseuse corse Marie-Claude Pietragalla. 
Avec son groupe Voce di Corsica, il enregistre en 1994 un disque de musique traditionnelle qui lui vaudra une Victoire de la Musique en 1995. Cette même année,  il assure la première partie du concert de Renaud. En 1996, il rencontre Pascal Périz, chanteur du groupe Pow Wow. Il assurera alors la première partie des concerts à l'Olympia du groupe Pow Wow. Cette collaboration se poursuit sur le cinquième album de Petru "Vita" (1999). 
Petru Guelfucci s'est produit régulièrement au Canada pendant une quinzaine d'années. Il a vendu là-bas beaucoup albums (peut-être même plus qu'en Corse et sur le Continent), ce qui lui a valu un disque d'or. Depuis quelques années, il semble s'être retiré de la scène pour se consacrer à ses abeilles et à ses châtaigniers. Il conserve toutefois un rôle dans le milieu musical par son engagement au sein du Centre de Musiques Traditionnelles de Corse basé à Sermanu qui a pour objectif de promouvoir et de développer la pratique des musiques, des danses et du chant traditionnel Corse. En octobre 2005, il a contribué au disque "Polyphonies profanes et sacrées" avec le groupe Voce di Corsica. Deux messages personnels : 1) Petru nous attendons votre retour en solo ! 2) Un petit coucou amical sur ce site me serait pour moi l'hommage suprême car après tout cette page est liée à l'achat de mon tout premier CD corse : Isula. D'autre part je n'ai aucune information généalogique vous concernant, pas même votre date de naissance.
Pour répondre aux questions posées par quelques lecteurs, Petru Guelfucci, n'est pas un parent proche puisqu'il appartient à la branche de Sermanu alors que j'appartiens à la branche de Tralonca. Toutefois porter le nom d'un artiste de cette importance dans le renouveau de la polyphonie corse est un grand honneur.
Voir l'article qu'a consacré La Corse Votre Hebdo à Petru et Petru Santu Guelfucci : Au nom du père et du fils par Noël Kruslin, photos de Christian Buffa in La Corse Votre Hebdo, du 9-15/11/2007, n° 288, pp. 20-21. On y apprend que père et fils partagent la même passion pour l'apiculture et le chant.
Juin 2008 : Petru Santu Guelfucci à nouveau à l'honneur de la Corse Votre Hebdo pour son miel.
Depuis 2005 (aux côtés de son épouse Michèle Guelfucci et de Jean-Paul Poletti), Petru Guelfucci s'est battu pour faire inscrire la polyphonie corse traditionnelle sur la liste de sauvegarde d'urgence de l'Unesco.
"Le Jeudi 1er Octobre 2009, le Cantu in Paghjella profane et liturgique de Corse a été inscrit sur la liste de sauvegarde d'urgence par le Comité intergouvernemental de l'Unesco réuni à Abou Dhabi (Emirats Arabes réunis). Michèle Guelfucci, présidente de l'association Cantu in paghjella et rédactrice, avec Dominique Salini, du dossier d'inscription, était présente à cette session de l'Unesco. Dans son intervention qui a succédé à la délibération unanime de l'Unesco, elle a remercié l'Etat qui a transmis favorablement la demande d'inscription à l'Unesco et l'Assemblée de Corse qui a voté, à l'unanimité, une motion demandant cette inscription ( Puis, elle a rendu hommage aux maillons anonymes de la chaîne de transmission, particulièrement ceux qui sont aujourd'hui disparus. Enfin, elle a tenu à préciser que cet "héritage sans testament" qui fut, dans les années 1970, un emblème identitaire appartient désormais au patrimoine immatériel de l'Humanité et contribue à la diversité culturelle." (extrait du site http://www.cantu-in-paghjella.com/).
Alors que Petru Guelfucci et son fils Petru-Santu enregistrait les messes de Sermanu et de Rusiu en novembre 2009, le magazine Terra Corsa leur a consacré un portrait dont j'aime beaucoup le titre : "Voix de miel", Terrra Corsa n° 29, 1er trimestre 2010, p. 32-33 par Marie-Joseph Arrighi-Landini et Jean Harixçalde (photos). A noter, l'ensemble de l'article qui se consacre à ces "filles ou fils de" qui veulent sublimer l'effort ou le talent de leur parent montre à quel point l'esprit de famille est resté fort en Corse. Voir l'extrait sur les Guelfucci, père et fils.


Les documents
Boswell on the Grand Tour Italy, Corsica, and France 1765-1766.
Dans cet ouvrage en anglais, l'écossais Boswell décrit sa rencontre avec le Père Guelfucci, secrétaire de Paoli. Voir le document (format PDF).


Les recherches militaires  

Ci-dessous un extrait du site de Ours Jean Caporossi qui recense les morts de la première guère mondiale (1914-1918).
http://oursjeancaporossi.perso.neuf.fr/Morts1418/Morts1418G.html.
Ce site est lui-même réalisé grâce au site du Ministère de la défense http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ et au site http://www.memorial-genweb.org/

GUELFUCCI Ange-Xavier: (1889-1916)
Né à Sorbu Occagnanu. Soldat au 4ème Régiment d'Infanterie Coloniale (4RIC). Mort pour la France (tué à l'ennemi), dans la Somme, en 1916. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Sorbu Occagnanu.

GUELFUCCI Bastien (Sébastien): (1887-1914)
Né à Suveria. Sergent au Groupe Cycliste (GC). Mort pour la France (tué à l'ennemi), dans la Marne, en 1914. Son nom figure sur la Plaque Commémorative située à l'extérieur de l'église de la commune de Suveria.

GUELFUCCI Charles-Marie: (1894-1917)
Né à Constantine (Algérie). Soldat au 140ème Régiment d'Infanterie (140RI). Mort pour la France (des suites de ses blessures), dans la Somme, en 1917. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune d'Omessa.

GUELFUCCI Don-Ange: (1879-1915)
Né à Suveria. Sous-lieutenant au 151ème Régiment d'Infanterie (151RI). Mort pour la France (disparu sur le champ de bataille), dans la Marne, en 1915. Son nom figure sur la Plaque Commémorative située à l'extérieur de l'église de la commune de Suveria.

GUELFUCCI Félix: (1892-1914)
Né à Constantine (Algérie). Chasseur au 24ème Bataillon de Chasseurs à Pied (24BCP). Mort pour la France (des suites de ses blessures), dans la Somme, en 1914. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune d'Omessa.

GUELFUCCI François: (1885-1914)
Né à Sorbu Occagnanu. Caporal au 131ème Régiment d'Infanterie (131RI). Mort pour la France (disparu sur le champ de bataille), dans la Meuse, en 1914. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Sorbu Occagnanu.

GUELFUCCI François: (1887-1914)
Né à Sorbu Occagnanu. Soldat au 373ème Régiment d'Infanterie (373RI). Mort pour la France (des suites de ses blessures), à l'hôpital d'Antibes (Alpes-Maritimes), en 1914. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Sorbu Occagnanu.

GUELFUCCI Jacques-Franc: (1880-1914)
Né à Carpinetu. Soldat au 173ème Régiment d'Infanterie (173RI). Mort pour la France (tué à l'ennemi), dans la Meuse, en 1914. Son nom figure sur le Livre d'Or des Corses tombés au Champ d'Honneur concernant la commune de Carpinetu.

GUELFUCCI Jean-François Jérôme: (1864-1915)
Né à Tallone. Capitaine au 358ème Régiment d'Infanterie (358RI). Mort pour la France (des suites de ses blessures), dans les Vosges, en 1915. Son nom figure sur le Livre d'Or des Corses tombés au Champ d'Honneur concernant la commune de Tallone.

GUELFUCCI Jean-Jacques: (1890-1918)
Né à Sorbu Occagnanu. Soldat au 6ème Régiment d'Infanterie Coloniale (6RIC). Permissionnaire, il meurt, disparu en mer, au cours du torpillage du Balkan, au large de Calvi, en 1918. Reconnu Mort pour la France. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Sorbu Occagnanu.

GUELFUCCI Jean-Paul: (1883-1916)
Né à Suveria. Caporal au 36ème Régiment d'Infanterie Coloniale (36RIC). Mort pour la France (tué à l'ennemi), dans la Somme, en 1916. Son nom figure sur la Plaque Commémorative située à l'extérieur de l'église de la commune de Suveria.

GUELFUCCI Paul-Antoine François: (1897-1918)
Né à Marseille. Soldat au 58ème Régiment d'Infanterie (58RI) (détaché en usine). Décédé des suites de maladie non contractée en service, à l'hôpital d'Avignon (Vaucluse), en 1918. Son nom figure sur la Plaque Commémorative située à l'extérieur de l'église de la commune de Suveria.

GUELFUCCI Paul Joseph-Marie: (1879-1916)
Né à Pancheraccia. Soldat au 116ème Régiment d'Infanterie Territoriale (116RIT). Mort pour la France (des suites de ses blessures), dans la Meuse, en 1916. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Pancheraccia.

GUELFUCCI Xavier: (1899-1918)
Né à Sorbu Occagnanu. Soldat au 38ème Régiment d'Artillerie (38RA). Mort pour la France (par suite de maladie contractée en service) à l'hôpital de Nîmes (Gard), en 1918. Son nom figure sur le Monument aux Morts de la commune de Sorbu Occagnanu.

Sur le site des Archives départementales de la Corse du Sud,
on trouve, les Registres matricules du recrutement militaire (1859-1919) et registres de la Garde nationale mobile (1865-1870)
http://www1.arkhenum.fr/ad_corsedusud_matricules/
Après une demande en bonne et due forme, j'ai obtenu l'autorisation de rediffuser sur ce site, l'état de service militaire de mon arrière grand-père Joseph Augustin Guelfucci (1862-1928)

Une recherche sur le patronyme GUELFUCCI dans la base LEONORE :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=GUELFUCC

La base Léonore est abritée sur l'ancienne adresse du ministère de la Culture : http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/leonore.htm

 


Les maisons

Le Palais Ghielfucci de Morsiglia et la Casa Guelfucci de Corte : chez les Guelfucci on a le sens de l'hospitalité !

Palazzu Ghielfucci : le feuilleton de l'été 2005 ! On recherche l'oncle d'Amériques !
Il existe un palais Ghielfucci à Morsiglia (hameau de Pecorile) dans le cap Corse. Bâti au XIXème siècle par des Ghielfucci qui ont fait fortune aux Amériques, à Porto Rico. 
Le palais n'est plus habité par un Ghielfucci car il n'y avait pas de descendance directe dans la famille partie aux Amériques. Il appartient à la famille Marini qui met beaucoup de cœur à le maintenir en état et en loue une partie gîte qui peut accueillir une douzaine de personnes. Dormir dans un palais, quelle classe ! Les contacter pour la location : 04.95.33.79.26.

Mercredi 17 août 2005
Partir à l'assaut de Morsiglia depuis Poggio d'Oletta n'est pas une mince affaire car la commune se trouve dans le haut du cap corse au bout d'une route très pittoresque mais interminable pour qui souffre du mal des transports. Pourtant, en ce 17 août 2005, la motivation est au rendez-vous : nous partons à la recherche de l'oncle d'Amérique ou plutôt de son palais, le palazzu Ghielfucci, construit au XIXème siècle qui fut inspiré des habitations vénézuéliennes.
Rêveuse et romantique, je m'attends à être accueillie chaleureusement par le conte Ghielfucci, portant panama, chemise fraîchement repassé et pantalon blanc. Il nous ouvrirait les portes du palais, nous ferait visiter ses pièces prestigieuses, nous offrirait l'orangeade dans le patio tout en nous commentant les documents qui ferait état de la fortune de l'oncle d'Amérique. Il aurait bien une explication plausible sur les facéties de l'état civil qui ont fait que les orthographes de nos patronymes sont légèrement différentes. Hélas, hélas trois fois, pas plus de comte Ghielfucci que de prince charmant dans la tour génoise ! L'endroit semble austère, peut-être à cause des proportions de la bâtisse de style hacienda et de son patio aux voûtes hispanisantes, nous sommes devant une demeure peu ordinaire. Il semblerait que les actuels propriétaires mettent tout en oeuvre pour qu'elle conserve sa grandeur. On image l'énorme travail que cela peut représenter à l'intérieur comme à l'extérieur. Malheureusement par pudeur et parce que nous ne sommes pas annoncés, nous n'osons faire "toc toc", ce qui nous conduit à quitter l'endroit sans y avoir trouvé le petit signe généalogique qui aurait pimenté mes recherches. 

Vendredi 30 décembre 2005 :

Yves Stella, maire de Morsiglia, a répondu à mon appel. Après un rapide contact téléphonique puis par e-mail, voici les informations en sa possession sur la famille Ghielfucci de Morsiglia. Vive la magie d'internet !

Note sur Le Palazzu Ghielfucci à Morsiglia par Yves Stella, maire de Morsiglia  

Daté de 1838, il est constitué d'une sorte de galerie sur rez-de-chaussée, galerie adossée à l'ouest à la façade sud d'une tour du XVIème, la Tour Carracioli et joignant à l'est à un bâtiment sans doute aussi ancien, composé d'une cave voûtée et d'une grande pièce elle même voûtée en étage. Cette dernière salle était aménagée cuisine.

Les arcades de cette galerie sont encore en partie ouvertes au rez-de-chaussée et l'une d'elle sert de poche; à l'étage elles semblent avoir été fermées dès la construction de l'édifice.

Le nom même de la famille Ghielfucci est inconnu aux divers documents publics disponibles à Morsiglia, à l'état civil notamment, et l'on ne retrouve même pas ce nom aux premiers documents cadastraux, pourtant datés de 1840... Une première recherche effectuée au printemps 2005 a permis de recueillir les éléments ci après.

Les époux GHIELFUCCI - JOYAUX

- Antoine François GHIELFUCCI

né en 1776 ? - décédé à Arroyo, Porto Rico, le 25 août 1845

réside à Porto Rico en 1836, épouse le - ? - Thalie JOYAUX.

lègue ses biens à son épouse par testament du 20 août 1845; ce testament sera contesté mais il sera validé par la Cour d'appel de Bastia le 10 février 1851.

En page 57 de la brochure Le Cap Corse inconnu, 18 promenades autour du Cap Corse, disponible sur Internet, on trouve Morsiglia et le Palazzu Ghielfucci. Voici quelques extraits :

" Antoine François GHIELFUCCI, ou GUELFUCCI ou GHILFUCCI, l'ortographe change suivant les lieux, est originaire d'une famille du Boziu. Il serait né en 1776 et décède à ARROYO, à Porto Rico en 1845." 
D'après l'ouvrage " Les Maison d'Américains

http://fr.slideshare.net/VisiterlaCorse/promenades-au-cap-corse


- Thalie JOYAUX

lieu et dates de naissance et décès inconnus, mais encore vivante à Arroyo en 1873. Veuve en première noces de Antoine François Ghielfucci, elle épouse en seconde noces le 8 avril 1848  Toussaint SANTELLI de Monticello en Balagne mais résidant semble-t-il lui aussi à Porto Rico; Toussaint Santelli décèdera en Corse en 1863.

Les acquisitions de Antoine François GHIELFUCCI à Morsiglia

Acte du 04 avril 1836

Antoine François CARACCIOLI SIMOMPIETRI et Paul CARACCIOLI SIMOMPIETRI, tous eux domiciliés à Livourne, vendent leurs biens sis à Morsiglia, Meria et Monticello à Antoine François GHIELFUCCI; il s'agit notamment de :

"une maison d'habitation composée de deux étages y compris le rez-de-chaussée" : ce bâtiment n'est pas  identifié

"le second étage de la Tour du dit hameau y compris le droit exclusif du toit ou toit terrasse" : la tour  Caraccioli semble bien ici identifiée encore que le terme étage est aussi confondu avec niveau...

Acte du 11 novembre 1836

André PROSPERI et Dominique PROSPERI (celui-ci demeurant à Cadix, Espagne) vendent à Antoine François GHIELFUCCI "une chambre dite sala avec la cave en dessous" : le bâtiment à l'extrémité est une galerie dont l'étage est toujours aménagé en cuisine;

Le Palazzu Ghielfucci est donc en fait constitué de cette "galerie", réunissant la Tour à ce dernier  bâtiment.

Antoine François Ghielfucci achète également de nombreux terrains alentour et paraît avoir été le créateur du système hydraulique en partie toujours existant : galeries, puits, canalisations.

Antoine François Ghielfucci ne semble pas avoir résidé longtemps à Morsiglia car il est le plus souvent à Porto Rico et se fait représenter aux actes d'acquisition.

La succession de Antoine François GHIELFUCCI

Le couple Ghielfucci - Joyaux ne parait pas avoir eu d'enfants; devenue veuve, Thalie JOYAUX ne semble pas elle non plus beaucoup vivre en Corse ; elle retournera à Porto Rico vers 1849 après son remariage (selon une lettre de 1873) où elle finira sa vie.

En 1873, Thalie Joyaux va céder l'ensemble de la succession Ghielfucci à Morsiglia à Antoine PROSPERI, lui même alors installé à Porto Rico et dont les enfants prendront possession des lieux en 1876.

Yves Stella, 1.12.2005 

Tentative d'interprétation des recherches :

Les recherches d'Yves Stella démontrent que la famille Ghielfucci a peu vécu à Morsiglia. Famille riche, ils investissaient dans le Cap Corse depuis Porto Rico. Le fait qu'ils aient construit cette bâtisse à Morsiglia ne veut pas forcément dire qu'ils étaient originaires du coin. Peut-être suivaient-ils la mode des palais d'américains, nombreux dans cette région à cette époque ? Le patronyme adopte plusieurs orthographes : Ghielfucci d'après la mairie de Morsiglia, Guelfucci sur certains guides, Ghilfucci sur les actes notariés. La modification de l'orthographe du patronyme vient peut-être justement de l'émigration en Amérique du Sud ? Je cherche toujours à savoir si l'on peut rattacher cette famille aux arbres Guelfucci mais même si ce n'était pas le cas leur histoire est tellement "romanesque", qu'elle a sa place sur ce site. Beaucoup de questions qui resteront en suspens faute de descendant.
Sur l'épopée corse en Amérique, voir un article "Les cousins d'Amérique". 

Août/septembre 2006 :

Le palais Guelfucci à nouveau à l'honneur dans un article de Christophe Laurent, paru dans Corse Matin le 24 août 2006 : "Maisons d'américains, le palais Guelfucci aux accents espagnols". L'article confirme qu'il n'y a pas trace de naissance d'une famille Guelfucci ni à Morsiglia, ni dans le Cap Corse. Les Guelfucci se seraient donc installés à Morsiglia pour se rapprocher d'autres cap corsins, rencontrés à Porto Rico. Ce site y est même cité en tant que source "familiale". Voir l'article.
Toutefois Christiane Padovani qui faisait le relevé des registres paroissiaux de Morsiglia en juillet 2006 a trouvé la trace de Ghilfucci au 18ème siècle : 

19/10/1771 - Eglise de la Santissima Nunziata -
Décès de Maddalena GHILFUCCI de Stanti - Témoins : Giuseppe BIASINI - Domenico FERRANDINI
 
27/03/1772 Décès d'Anna fille de Domenico GHILFUCCI de Stanti
 
On trouve ensuite une Cattarinetta GHILFUCCI marraine au baptême de Fiora MANUELLI le 12/03/1776
 
05/10/1776 : Baptême D'Anton Francesco d'Antonio et Maria GHILFUCCI
Parrain : Domenico Stella - Marraine : Lucia Antomarchi
Peut-être le baptême du fameux Antoine François émigré à Porto Rico ? Dans ce cas il serait né en 1776 et décédé à Aroyo le 25 août 1845, à l'âge de 69 ans.



Mi-août 2006,
 parution d'un ouvrage qui a enfin contenté ma curiosité : 

Les maisons d'américains
Ce livre est divisé en trois parties. Une première partie retrace l'histoire de l'émigration des Capcorsins vers les Amériques; la deuxième partie est consacrée aux maisons d'Américains avec une importante introduction puis des mini-reportages sur plusieurs maisons dont le Palais Guelfucci qui occupe pas moins de 4 pages; la troisième partie concerne les décors peints des maisons de maîtres du Cap Corse. 
On y apprend qu'Anton Francesco Ghilfucci était bien établi à Porto Rico où il a fait fortune dans la canne à sucre (p. 16). Il est propriétaire d'une hacienda à Guayama. "Il se présente le 15 décembre 1835 devant le consul de France à Porto Rico en donnant procuration à Toussaint Stella de Morsiglia pour acheter, en son nom, l'ensemble des biens mobiliers et immobiliers que les frères Caraccioli de Livourne veulent vendre dans son village. L'achat est effectivement conclu par deux actes des 4 et 7 avril 1836 et on voit Ghilfucci apparaître à Morsiglia dès le 8 janvier 1838, dans la nouvelle maison qu'il a fait édifier à partir des propriétés récemment acquises." Le palazzu Ghilfucci y est décrit comme un exemple rare et précieux d'architecture latino-américaine de type "haciendas" alors que les autres palais d'Américains adoptent le style de palais toscans. Même si l'on est pas soi-même en recherche d'oncle d'Amérique, cet ouvrage retient forcément l'attention par la qualité des documents présentés et par l'histoire de ces singulières demeures érigées par des émigrants capcorsins, à la fois aventuriers des contrés lointaines et corses viscéralement attachés à leurs racines.

Mise à jour d'août 2014 :

Travail de l'école d'architecture de l'Université de Puerto Rico en voyage d'études pour 3 mois en Corse : le Palazzu GUELFUCCI de Morsiglia centre de documentation sur l'émigration corse et travail de Neysha J. RiosCruz

http://neyriosporfolio.files.wordpress.com/2012/09/guelfucci1.jpg

Même chose réactualisée en 2014 :
http://www.expocorsica.com/realia/?q=es/archive/201404&page=1

Dans la commune de Morsiglia, il a été décidé que chaque étudiant ferait sa propre proposition de projet. Nous avons choisi le Palazzu Ghilfucci (Guelfucci) afin de développer le CEEC. Ce palazzu est décrit en Corse comme l’un des deux palazzi qui ressemble le plus aux constructions latino-américaines, en particulier si nous le comparons aux caractéristiques des haciendas de ces dernières.

Palazzu Ghielfucci à Morsiglia

Palazzu Ghielfucci à Morsiglia

Palazzu Ghielfucci à Morsiglia

Casa Guelfucci à Corte 

A l'entrée de la ville, peinte en bleu. 
Si vous voulez dormir dans la chambre des ancêtres de la branche de Corte,  
c'est là-bas que ça se passe !
La casa Guelfucci a bien fière allure depuis qu'elle a été refaite. 
Elle a été transformé avec beaucoup de goût et de passion en chambres et table d'hôtes par Antoine et Marina Guelfucci.
Pour en savoir plus, consulter leur site, Ferme auberge l'Osteria di l'Orta

Les Guelfucci proposent leurs recettes de desserts (crème brûlée et fiadone) dans l'article sur la  table Corse de l'hiver de la Corse Votre Hebdo (février 2007). Pour voir les recettes, cliquer sur la miniature.

cuisineguelfucci.jpg (309650 octets)

Casa Guelfucci à Corté


Le blason et ses différentes interprétations

Blason Guelfucci

Blason Guelfucci

http://oursjeancaporossi.club.fr/Armoiries.html#Guelfucci


Ce blason (modernisé) est l'œuvre de Philippe Guelfucci (branche de Tralonca)
 



Blason extrait de L'Armorial de la Corse de François Demartini, 
aux éditions Alain Piazzola, 
cité par Terra Corsa dans son article 
consacré aux patronymes corses (avril 2009)

 

Les Guelfucci d'Italie (recherches de Dominique André Guelfucci)

Une famille GUELFUCCI s'est illustrée en Ombrie et en Toscane, surtout aux 13ème et 14ème siècles. Il existe actuellement à Città di Castello, en Ombrie, une Via Guelfucci où l'on trouve de nombreuses adresses, commerciales ou autres.

L'histoire des Guelfucci en Italie pendant la période troublée du 13ème au 15ème siècle est assez difficile à démêler pour un non-spécialiste, d'autant que les Guelfucci ont presque tous pour prénom Cristiano ou Brancaleone pendant trois siècles et les évènements sont décrits de façon parfois contradictoire par les différentes sources. Ce qui est clair est que les Guelfucci étaient normalement Guelfes, partisans du Pape contre l'Empereur (voir Gibelins), sauf quand ils luttaient contre le Pape, qui convoitait un peu trop Città di Castello, en concurrence avec Florence et Pérouse.

     
On peut distinguer, même si c'est arbitraire, deux types d'activité de la famille Guelfucci, pas forcément incompatibles :
           
- Lutte pour le pouvoir et le prestige
           
- Œuvres pieuses...
       
En savoir plus, voir le document complet (2 pages en format word).


Les Guelfucci de Porto Rico

Le 19 août 2014, j'ai reçu le message suivant de la part de Miguel Guilfuchi

"
I have family with the same last name, and have been very curious on the origin of the name, Guilfuchi, Ghilfucci, Guelficci.
 I do appreciate your link and the genealogical information you've uncovered.
I am of Puerto Rican heritage and have lived in New Jersey, USA for my entire life.
My grandfather (Benigno Guilfuchi), who originally lived in Mayaguez, Puerto Rico. moved to New Jersey in the 1950's. His father, Luis Guilfuchi, also lived in Puerto Rico for a good portion of his life, but we are unsure if he was born in Puerto Rico or Corsica. After reading through your site, I have discovered a lot about my ancestors, especially since many of people from Corsica migrated to Puerto Rico in the 1800's. It is safe to say that my grandfather's father, or his father changed the spelling of the name to Guilfuchi when the United States took over Puerto Rico. I would like to thank you for the information, as it helped me greatly in my research for my background.

Thank you"

Deuxième courrier du 7 septembre 2014 :

"Your information really sheds a lot of light on my ancestry, and where we came from. In my immediate family, we do not have any detailed, concrete information regarding the origin of our last name. I was told for many years, it came frome France, but the originela spelling (ending in -ucci) lends me to believe it came frome Italy. I have become very intrigued by the possibility.
Yes, initially, I searched with the spelling of ‘Guilfuchi’, and discovered most live either in the US (Eastern) or in Puerto Rico. My understanding that anyone with this spelling is directly related to me through our grandfathers, mine being Benigno Guilfuchi (I believe he has 5 other siblings). The Guilfuchi name is very small and very much uncommon in Puerto Rico, and most live in Mayaguez, which is where I believed they migrated to from Corsica or France. I think sometime in the late 1800s it was changed, but it hasn’t been confirmed by my grandfather, though I will communicate with him to obtain more information on the job of my great grandfather. My grandfather, working for General Motors for over 30 years and became a manager, overseeing those constructing the vehicles.
It is my understanding that our forefathers were a part of the sugar cane industry in Puerto Rico, which was confirmed by my father. At the time, my grandfather left the family and moved to the US on his own, so my father lost contact with anyone in the Guilfuchi family, until later on in life. It is also my understanding that most Guilfuchi’s in Puerto Rico, besides my father, were wealthy or considered upper class. The one thing I can say, that anyone from the Guilfuchi family are well-educated people, hard-working and self-sufficient. After learning more of my ancestry (Guelfucci) from your web-site, things made more sense. Although my father (Carlos Guilfuchi) did not grow up without a fatherly influence, education, and only spoke one language (Spanish), he became quite successful in home improvement and architecture in the US.

I am currently in the IT industry, as a database administrator and programmer, and still fairly young (31 years old). I've been very intrigued by your findings, and only gives me deeper perspective on my ancestry and is information I can provide to my children when they get older. I couldn't thank you enough. Feel free to contact me at any time."

http://en.wikipedia.org/wiki/Corsican_immigration_to_Puerto_Rico

https://www.youtube.com/watch?v=gAcDyhm33iI : Some facts of the Corsican immigration to the island of Puerto Rico whom immigrated to the island since 1815

Il revient sur les différentes orthographes du nom et sur l'émigration des corses vers Porto Rico. Il est fort probable que les Guelfucci de Porto Rico soient de la même famille que ceux du Cap Corse, voir l'article ci-dessus sur Le Palazzu Ghielfucci à Morsiglia.
Ce courrier
de "l'oncle d'Amérique" venu du New Jersey, déclenche aussitôt chez mon père une vague de recherches généalogiques et d'interrogations sur les corses de Porto Rico.
La source la plus passionnante à lire est celle de l'ouvrage de généalogie et de formation des patronymes de Jean Louis Beaucarnot : Quand nos ancêtres partaient pour l'aventure chez JC Lattès.

"Le voyage des Guelfucci, revenus sur leur île natale rendre visite à leur famille, en 1843, avec leurs domestiques et leur or, n'aura pas manqué de donner des ailes à plus d'un jeune capcorsin." Ca fait rêver !

On apprend dans ce livre que les corses partaient pour Porto Rico pour diverses raisons comme la présence d'un membre de la famille qui a réussi. Ils débarquent dès 1815 et particulièrement entre 1850 et 1859. A San German, à Ponce, à Yauco ou à Guayama, ils cultivent la canne à sucre, les agrumes, l'indigotier, le coton, le café, le cacaoyer, la patate douce, ils élèvent du bétail ou se lancent dans le commerce (import-export). Certains d'entre eux reviennent en Corse où ils font construire de somptueux pallazzi ou d'imposants tombeaux. D'autres accumulent terres et propriétés sur place (hacienda), occupent des responsabilités politiques, sans jamais oublier pour autant leur famille restée en Corse. A lire, 2/3 pages sur les plus belles réussites, l'organisation de la vie sur place et les liens entre ces corses exilés et leur terre natale.

http://books.google.fr/books?id=t7GuOZSc_-8C&pg=PT131&lpg=PT131&dq=guelfucci+et+porto+rico&source=bl&ots=dwhFbzqceC&sig=kDrFnW09hmLqvWuRE7no5biNy3I&hl=fr&sa=X&ei=iqr4U_-HBJLeasyigMAJ&ved=0CDQQ6AEwAw#v=onepage&q=guelfucci et porto rico&f=false

Le 8 janvier 2015, j'ai reçu un message de Maria Rivera-Trudeau de Décatur (Géorgie), à la recherche de ses ancêtres.
Elle me confie ses recherches qui sont en espagnol.

GHILFUCHI, Agustin. Natural de Corcega; reside en Puerto Rico desde el 1806; obtiene carta de naturalizacion en junio de 1816 al amparo de la Cedula de Gracias; reside en Mayaguez en el ano 1823. (Ghilfucey y Ghilfuch en algunos expedientes). A. 0. 1.,Aud. Sto. Dgo., Leg. 2421; A. M. M., Relacion de residentes en el pueblo de Mayaguez en el 1823.

GHILFUCHI. Francisco. Natural de Corcega; hermano de Agustin; reside en San Juan; posee una hacienda en el partido de Guayama. G. P. R., 1826, num. 158, fol. 634,1828, num. 297, fol. 1183.

Source: http://www.rootsweb.ancestry.com/~prhgs/FPR1900/Francia.htm

Je reprends ici son message : "I am researching my Guilfuci, Ghilfuchi, Ghilfussi, Guelfucci ancestry. My third great grandmother, born in Puerto Rico, is Maria Francisca Gilffussi. I have found information on GHILFUCHI. Francisco Antonio and his brother GHILFUCHI, Agustin who emigrated from Corsica to Puerto Rico around 1806 but nothing on their spouses or children. I am trying to find the name of Maria’s parents. Do you happen to have any information on these names?"

Elle recherche donc des informations sur Maria Francisca Gilffussi (notez que les orthographes du nom sont très variables) née à Porto Rico qui serait pour elle une arrière grand-mère et sur les parents de celle-ci.

Elle me signale également ce document :

Camuñas Madera Ricardo R. Los Franceses en el oeste de Puerto Rico. In: Caravelle, n°53, 1989. pp. 25-36.
doi : 10.3406/carav.1989.2405
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/carav_1147-6753_1989_num_53_1_2405

Résumé
Etude sur l'immigration française à Porto Rico fondée sur une documentation inédite des archives historiques et paroissiales de l'île. On remarque au début du XIXe siècle, pour l'ouest de Porto Rico, l'arrivée de français originaires de trois territoires distincts : France hexagonale, Corse et possessions françaises d'Amérique. Histoire de plusieurs familles de propriétaires terriens ayant joui d'une assez grande notoriété.

Resumen
Estudio de la emigración francesa a Puerto Rico basada en una documentación inédita sacada de los archivos históricos y parroquiales de la isla, Mayagüez y Candelaria, y archivo general. Para principios del siglo XIX se apuntan tres orígenes para estos franceses : Francia continental, Córcega y territorios franceses de América. Historia de varias familias de hacendados y terratenientes influyentes, así como aproximación a la influencia francesa en la isla.

Camuñas Madera Ricardo R. Los Franceses en el oeste de Puerto Rico. In: Caravelle, n°53, 1989. pp. 25-36.
doi : 10.3406/carav.1989.2405
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/carav_1147-6753_1989_num_53_1_2405

Voir page 28 pour la citation de la famille Guifucci.

Traduction libre : "Le 10 novembre 1820 Francisco Franceschini, né à Corcega, se maria avec Ana Guilfucci, veuve de Esteban de Dios Hory ; Juan Bautista Charron y Juan Antonio Rivera furent leurs témoins de mariage. La famille Guilfucci possédait des terres sur lesquelles était cultivé le café, dans la zone de Rio Canas Arriba. Le français Juan Bautista Charron avait des propriétés à Mayagüez et à Lares, sur lesquelles étaient cultivés le café et la canne à sucre. Quelques années plus tard les affaires de F. Franceschini avaient beaucoup prospéré. Il possédait non seulement 600 acres de terres sur lesquelles ont été produits une centaine de quintaux de café, mais avait également 49 esclaves. La production fût relativement faible, ce qui s’explique si l’on tient compte de son âge (73 ans) et le fait qu’il n’ait pas eu d’enfant. Ainsi la propriété n’était pas entretenue."

Si vous en savez plus sur les Guelfucci/Ghilfuchi/Gilffussi de Porto Rico, vous pouvez me contacter. Ainsi nous aiderons nos "cousins" d'Amérique qui font leurs propres recherches. Merci !

If you have your own researches about Guelfucci/Ghilfuchi/Gilffussi from Porto Rico, please contact me in French or in English. I do not speak Spanish but I can understand part of the language or ask for assistance in translating amoung my friends. Let's make the world smaller and help each others in finding more about the Corsican people who emigrated to Puerto Rico. Thank you !


Du virtuel au réel

Le 12 février 2007, j'ai fait la connaissance de François-Louis Guelfucci, un Guelfucci de la branche de Corté donc forcément "un cousin à la mode corse".
Je sais maintenant que notre nom de famille sera transmis dans le respect de certaines valeurs familiales puisqu'il est papa de six enfants et semble accorder beaucoup d'importance à leur éducation. 
Encore une fois, ce site m'a permis de passer du virtuel au réel avec une facilité déconcertante. Le plus extraordinaire dans cette rencontre est que nos parents respectifs avaient eux-mêmes fait cette démarche dans les années 1975-1980. A l'époque, c'est en feuilletant un annuaire papier qu'ils s'étaient retrouvés. Une trentaine d'années plus tard nous renouons le lien avec des moyens plus modernes mais toujours la même curiosité d'en savoir plus sur celles et ceux qui partagent le même nom et bien plus encore. Tout cela se passe le jour de la Saint Félix, un prénom récurrent dans notre généalogie, celui du Papa de François-Louis, d'un de ses fils et le deuxième prénom de mon grand-père.
Dans la conversation, nous évoquons la possibilité d'une "mini-cousinade" des Guelfucci de Paris et la région parisienne. A ce jour ils sont finalement assez peu nombreux (25 tous départements confondus listés dans l'annuaire)  et curieusement ils n'ont pas cherché à entrer en contact à la lecture de cette page. J'imagine pourtant que beaucoup l'ont vue car lorsque l'on a un nom comme le notre, la tentation est grande de la taper sur internet pour voir ce qu'il en sort. Répondraient-t-ils présents si un jour nous organisons un rassemblement des Guelfucci ? Saint Félix se chargera-t-il de réunir à nouveau ? A suivre...


Bibliographie et liens

BELGODERE Louis, Evelyne LUCIANI, Jean-Louis ORTICONI, Dominique TADDEI. - Trois prêtres balanins au cœur de la révolution corse. - Edtions Alain Piazzola, 2006.


Biographie de 3 prêtres balanins qui ont joué un rôle important dans la lutte anti-génoise dont Bonfigliu Guelfucci. La partie consacrée à Bonfiglio Guelfucci a été écrite par Louis Belgodère et comprend des lettres de Paoli adressées à Bonfiglio. Les deux autres prêtres sont les les pères Salvini et Orticoni. 
Ce livre a été couronné par le Prix du livre corse 2007.

Jean Louis Beaucarnot : Quand nos ancêtres partaient pour l'aventure, JC Lattès

 
Maçons de la Creuse, ramoneurs savoyards, colporteurs dauphinois, bougnats aveyronnais, marchands de parapluies corréziens, instituteurs du Queyras, scieurs de long foréziens, taupiers de l'Orne, nourrices morvandelles, bonnes bretonnes...
Tous autrefois s'en sont allés par les routes de France.
Si certains l'ont fait, contraints et forcés, pour sauver leur tête, comme les protestants à la révocation de l'Edit de Nantes et les nobles sous la Révolution, beaucoup sont partis volontairement, armés d'une volonté farouche de réussir qui les conduira vers les grandes villes ou des pays lointains. C'est ainsi que des habitants de Barcelonnette arriveront au Mexique, des Basques dans la pampa argentine, des Corses à Porto Rico, des Alsaciens au Texas ou en Algérie qui était alors notre Far West...
Combien de nos ancêtres ont ainsi eu le courage, un jour, de quitter leur village, leur famille, leur univers, pour partir à la recherche d'une vie meilleure, à la rencontre de leur destin. Tous jouent là un formidable "quitte ou double" qui les rendra, selon les cas, misérables ou millionnaires, à la tête de plantations fabuleuses ou de véritables empires financiers. Du chaudronnier auvergnat au mineur polonais ou au terrassier italien, voici la grande et petite histoire de ces aventuriers méconnus. 
L'auteur

Jean-Louis Beaucarnot est l’auteur de best-sellers. Comment vivaient nos ancêtres, Entrons chez nos ancêtres … Généalogiste de grande réputation, il travaille pour de nombreux médias et tient en particulier une chronique hebdomadaire dans le Journal Du Dimanche.
 

 

CHIORBOLI Jean. - Le corse pour les nuls. - First Editions, 2010.

Pas vraiment un ouvrage sur la généalogie, mais j'ai apprécié la lecture du chapitre 4 Vivre en société (Noms de famille, noms de lieux, prénoms) dont voici un extrait :

"Pendant longtemps les Corses (et les Européens) ont eu un nom unique, correspondant à ce qu’on appelle aujourd’hui le prénom. A partir de la fin du XVIe siècle (après le concile de Trente), l’Eglise rend obligatoire le nom de famille (notamment pour s’opposer aux mariages consanguins) et ce sont les curés puis les notaires qui fixent la forme, et qui choisissent parfois parmi plusieurs possibilités. Dans certains actes notariés, les mêmes individus sont désignés par des noms divers, avec une graphie fluctuante aussi selon l’époque, qui les rend parfois méconnaissables. Dans certains villages corses, la formation des noms de famille ne commence qu’au XVIIe siècle et en 1790 le nom de certains familles n’est pas encore fixé.

Les noms de famille actuels en Corse sont issus de prénoms (80 %), de noms de lieux (15 %) ou de surnoms (5%)."

 

- COLONNA Canavelli. - Dictionnaire des prénoms corses. 630 prénoms du XIIIe au XIXe siècle à l'origine des noms de familles. - Editions Alain Piazzola, 2007.

- COLONNA DE CESARI-ROCCA Raoul. - Armorial Corse. - Editeur : J. Lafitte, 1987. - 194 p. - 22,87 euros. - Livre épuisé. Retirage d'un manuel régional d'héraldique.

- DERMARTINI François. - Armorial de la Corse. - Editeur : A. Piazzola, 2003. - 3 vols. - 427 euros.
Répertorie 2 475 armoiries provenant de toute la Corse; les notices classées par ordre alphabétique, proposent une histoire des grandes familles sur le plan généalogique puis sur le plan de l'héraldique, les blasons de chacune d'elles étant présentés dans l'atlas. Un index des devises et un dictionnaire héraldique complètent cet ensemble.

- LICCIA Jean-Christophe. - Les servites de Marie en Corse : histoire, patrimoine, vie conventuelle. - Editions Alain Piazzola, 2000 (l'auteur y parle de Bonfiglio Guelfucci, père servite, secrétaire et ami de Paoli).

- LICCIA Jean-Christophe, Caroline PAOLI, Michel-Edouard NIGAGLIONI. - Les maisons d'Américains. - Albiana/Communauté de communes du Cap Corse, 2006. - Patrimoine du Cap Corse, volume 2. - 105 p.

- ORTICONI Jean-Christophe. - Nouvel armorial corse : le livre d'or de la noblesse. - Editeur : J. Lafitte, 1992. - 216 p. - 39,64 euros.
L'étude des origines de la noblesse en Corse.

 

PAOLI Christian, BERNADINI Nicolas, MERGNAC Marie-Odile, MILLET Laurent. - Les noms de famille de la Corse. - Editions Archives et culture, 2009

L'étude porte sur les 1000 premiers noms de l'ïle par la fréquence. De cet ensemble se distinguent lors d'une seconde étape les 300 familles insulaires ou plutôt "300 principaux noms", avec leur étymologie, leur effectif, leurs figures emblématiques "qui ont porté ces noms en Corse comme dans le monde entier au cours des siècles, jusqu'à nos contemporains les plus connus".

 

 

 

 




















 

Les noms de famille corses.
Textes d'Agnès Gabrielli, photos de Jean Harixçalde.
Magazine Terra Corsa, n° 26, avril-mai-juin 2009, pp. 61-76

Voir l'article
(avec l'aimable autorisation de Marie-Joseph Arrighi-Landini, rédacteur en chef du magazine)


Dans cet article l'auteur nous révèle pourquoi les corses sont si friands de généalogie, comment les noms corses se sont formés et transformés entre la tradition orale et la transcription sur les registres de l'état civil, quels sont les noms de famille les plus portés en Corse entre 1891 et 1991 et quels sont les prénoms anciens oubliés. Un article qui donne forcément envie d'en savoir plus, d'autant plus qu'il est complété par une bibliographie moderne (nombreuses adresses internet).
Pour la famille Guelfucci, on y apprend que ce patronyme viendrait du vieux prénom Guelfuccio (origine déjà mentionnée sur ce site). 
La grande découverte de l'année 2009, vient de la reproduction page 68 de l'article d'un blason issu de l'Armorial de la Corse de François Demarini aux éditions Alain Piazzola qui n'est pas celui qui est affiché sur ces pages depuis l'origine du site. 
J'avais déjà entendu parler d'un autre blason par certains correspondants mais je n'avais jamais eu l'occasion de le visualiser. C'est donc une chance pour moi que l'iconographe (Jean Harixçalde ?) ait choisi précisément ce blason pour illustrer l'article, d'autant plus que le nom Guelfucci ne figure pas parmi les 50 noms de famille les plus portés en France. Au sujet de Jean Harixçalde, ses photos sont d'une grande beauté et avec tout le respect que je lui dois,  je confesse avoir eu en les voyant une très forte envie de découpage/collage/transformation. Je ne m'attaquerai pas à mon exemplaire original acheté en kiosque mais il se peut que j'imprime une copie couleur pour laisser libre court à mon imagination.
La question est désormais : avons-nous un blason ? Si oui, lequel ?

 

 

Article Corse Matin du 17 juillet 2013

Sites :

 

Cimetière de Tralonca
Cimetière de Tralonca
Consulter la page sur Tralonca

Tombe de mon arrière grand-père

Corse
Berceau de mes parents, terre de mes ancêtres
Un destin malicieux loin de toi me fit naître
Mais je n'en suis pas moins l'une de tes enfants
Puisque je porte d'eux et les gènes et le sang
Île bénie des Dieux, que la vague caresse
Loin de tes rives d'or, s'égaya ma jeunesse
Mais je voue cependant à tes sublimes attraits
Cet amour ancestral qu'alloue l'hérédité
Alors que j'atteins l'âge où l'avenir décline
Du bout de l'horizon m'appellent mes racines
Et tout comme l'Hélianthe se tourne vers le ciel
Mon âme languissante répond à leurs appels
Si je n'ai pu avoir ta terre pour berceau
Puisse Dieu faire un jour, qu'elle soit mon tombeau

Poème de Dominique Bonavita, publié sur son site.
Il résume pour moi l'esprit de cette page, voire de ce site...


Remerciements

Cette page (comme tout le site d'ailleurs) est dédiée à la mémoire de Paul Guelfucci, mon grand-père paternel. 

Oui, TOUT ce que j'ai sur la famille Guelfucci est en ligne.
Non, je n'ai pas d'archives secrètes.
Oui, vous êtes autorisés à télécharger l'intégralité de la page sans même me le signaler bien qu'un petit message fait toujours plaisir.
Non, je peux faire les recherches à votre place car la généalogie est un boulot en soi et je ne peux y consacrer tout mon temps libre pour l'instant.
Oui, je suis documentaliste dans la vie active.
Non, je ne passe pas toutes mes vacances en Corse dans les caves des archives municipales, autrement dit, non je ne suis pas un rat de bibliothèque 365 jours par an.
Oui, je pense consacrer plus de temps à la généalogie lorsque que je serai à la retraite, si Dieu me prête vie jusque là, donc d'ici une bonne trentaine d'années.
Oui, d'ici là, je pense accumuler d'autres infos sur la famille; en un an (2005) la page a énormément changé et ceci grâce à aux nombreux lecteurs qui m'ont apporté leurs informations afin que je les diffuse pour le plaisir de tous.
Oui, je suis prête à consacrer du temps pour mettre d'autres infos en ligne si vous en avez à me communiquer. Merci encore pour votre aide et merci tout particulièrement à....


...dans l'ordre chronologique des contacts et de la mise à jour de cette page...

Merci à Maman, Papa, pour la version Excel de l'arbre et pour la conception d'origine !

Merci à Daniel Pujolas, dont la grand-mère paternelle était une Guelfucci, pour son interprétation artistique de notre blason et pour m'avoir communiqué ses propres recherches.

Merci à Félix Guelfucci, qui m'a également transmis ses propres recherches et a une hypothèse sur le lien entre les branches Guelfucci de Tralonca et Guelfucci de Sermanu. Selon lui, le lien entre les deux arbres se ferait au niveau de Siméon Guelfucci, branche de Tralonca (1803-1883) qui aurait épousé en secondes noces après le décès de Dominique Raffaelli (1802-1840), Cécile Guelfucci (1807-1875) que l'on retrouve dans la généalogie des Guelfucci, branche de Sermanu.

Merci à Marcel Cabanis, qui m'a transmis ses recherches sur les origines de son épouse Suzanne Guelfucci, branche de Sermanu.

Merci à Dominique Guelfucci pour ses recherches sur notre blason et la compilation de toutes sortes de documents concernant les Guelfucci : texte Boswell, palais à Morsiglia, site de Mr. Caporossi, Biographie de Dominique Guelfucci, Guelfucci d'Italie.

Merci à : Daniel Brugna, Eliane Rasoli, Laetitia et Antoine Taddei, François-Louis Guelfucci, Pascal Kirchmair, Pascal Guelfucci, Sybille Desideri, pour leur correspondance, les documents échangés, leur passion de la généalogie et leur participation à l'enrichissement de cette page. 

Merci à : Yves Stella, maire de Morsiglia, pour sa connaissance des familles de son village. Grâce à son témoignage, il a levé le voile sur le Palazzu Ghielfucci et sur cet oncle d'Amérique parti faire fortune à Porto Rico. Merci à Christiane Padovani pour la communication de quelques recherches lors de relevé des registres paroissiaux de Morsiglia.

Merci à : Crucien Marini, actuel propriétaire du Palazzu Ghielfucci à Morsiglia, qui m'a confié de très précieux documents notariés sur la famille Ghilfucci installée à Porto Rico.

Merci à : Dominique Taddei et Jean-Louis Orticinoni, respectivement secrétaire et président de l'association de généalogie de Monticello qui ont fait des recherches très poussées pour les besoins d'un ouvrage à paraître sur les prêtres balanins qui ont joué un rôle important dans la lutte anti génoise et qui m'ont communiqué la généalogie de la branche de Corte et celle de Bonfiglio Guelfucci.

Merci à : Jean-Jacques Franceschi, de mère née Guelfucci, pour la communication des branches de Carpineto et Sorbo.

Merci à : François-Louis Guelfucci, pour sa passion communicative de la généalogie. La prochaine fois je prendrai des notes !

Merci à : Jeannine Fontana (née Guelfucci), Sylvie Avenoso, Gil Guelfucci et Delphine Uguet, pour la généalogie de la branche dite de Sovéria.

Merci à : Patrick Guelfucci pour avoir efficacement complété l'arbre des Guelfucci de Tralonca.

Merci à : Gisèle Ferraggioli pour m'avoir communiqué une autre version du blason Guelfucci. 

Merci à : Nina Campana qui est remontée très haut pour trouver un Guelfucci dans son arbre (Bonaventura Guelfucci, 1737).


Merci à : Elodie Guelfucci, pour ses recherches et son arbre sur les Guelfucci de Loreto di Casinca/Sorbo.

Merci à : Sylvain S., pour son aide sur les recherches militaires et à Alain Venturini, Directeur des Archives départementales de la Corse du Sud pour la licence gratuite de réutilisation de données.

Merci à : Patrice Gard, dont l'arrière grand-mère Camille Guelfucci l'a conduit à compléter les recherches de la branche de Corté et à faire le lien entre les corses et Montfort-L'Amaury.

Merci à : Marc Santini dont l'aïeul est Orso-Antonio Guelfucci, capitaine de Napoléon, qui complète par ses recherches la branche d'Omessa, sachant que nous sommes également parents à la mode corse par les Rafaelli de Tralonca.

Merci à : Miguel Guilfuchi (New Jersey, USA) who initiated the chapter of this page about Guelfucci who emigrated to Puerto Rico / à Michel Guilfuchi (New Jersey, USA) à l'origine de la partie concernant les Guelfucci de Porto Rico.

Merci à : Maria
Rivera-Trudeau (Géorgie, USA) who send some information about the Ghilfuchi from Puerto Rico / à Mari Rivera-Trudeau (Georgia, USA) pour ses recherches sur les Ghilfuchi de Porto Rico.

Si vous avez des précisions à m'apporter, si vous avez fait vous même des recherches généalogiques sur la famille Guelfucci, je serais enchantée de partager avec vous ces informations.




© 2002-2015 Réalisation et Conception Carole Guelfucci 
Dernière modification le 23/10/2015