Crédit

Pourquoi ce site ?

- au départ un moyen d'apprendre les technologies liées à la création de sites,

- puis l'envie de revendiquer haut et fort une certaine corsitude,

- enfin, un moyen de faire des connaissances, 

- finalement on se prend vite au jeu; perfectionnement ainsi que mises à jour (dans mon cas j'essaye une fois par mois) deviennent vite indispensables.


Petite chronologie de la mise en place du site. Une façon de remercier en les citant tous ceux qui ont participé à l'aventure…

Décembre 2000 : achat de l'ordinateur et ses périphérique. Merci à mon "sponsor officiel" d'avoir une nouvelle fois soutenu ce projet 

Décembre 2001 : petite formation Frontpage à la Fnac La Défense, histoire de maîtriser un peu mieux la bête, l'idée du site est déjà là. Je prépare son plan sur papier mais il me manque l'essentiel : son graphisme. Angoisse de la page blanche. La solution viendra de l'internet québécois et plus précisément du site Runy'Art où je trouve un kit graphique à mon goût.

Janvier à mars 2002 : je construis le site dans l'ombre 

Mars 2002 : François-Xavier m'aide à personnaliser les boutons et à faire la première mise en ligne sur Free; la naissance du site a quelque chose de très émouvant

Mai-Juin-Juillet 2002 : installation du livre d'or et du compteur, référencement auprès des moteurs de recherche, création de l'annuaire de liens chez Mylinéa

Janvier 2003 : après un an de travail sur SPIP, je lance l'intranet BLDA. Dans la foulée de ma fructueuse collaboration avec le Karim Belkacem, webdesigner, je participe avec lui à la mise en place sous SPIP d'un projet de carnets de voyages en ligne en lui offrant l'exclusivité de mon voyage en Chine (photos + commentaires). J'aurais bien aimé basculer ce site sous SPIP mais je ne maîtrise pas suffisamment la technologie pour le faire. De plus je ne mets pas en ligne assez de nouveautés pour justifier le recours à un site dynamique. Je préfère donc pour l'instant rester sous HTML et avoir une totale maîtrise de mes modifications.

Juin 2003 : rencontre virtuelle avec Eric (pseudo : North-Pole-Tibetan) qui m'incite à traduire mes pages en anglais. Il  a même la gentillesse d'en relire certaines. Il en profite pour me conseiller plusieurs améliorations du site ce dont je lui suis très reconnaissante. L'idée d'une page "Crédit" me vient à la suite de cette rencontre.

Juillet 2003 : publication d'un mini portrait dans Micro-Hebdo n° 273-274 du 10 au 23 juillet 2003 avec adresse du site à l'occasion de la visite de leur laboratoire. Interview de Véronique Balizet, Chef de rubrique, photo de Virginie Vican, photographe.
Patrick Sabatier-Vescovali, webmaster du site Kallistea me confectionne une nouvelle bannière aux couleurs de mon site.

Août 2003 : Antoine Casile, journaliste à Corse Matin choisit mon site pour sa chronique "Le site de la semaine" dans La Corse Votre Hebdo (supplément de Corse Matin) du 29 août au 4 septembre 2003,  n° 216, p. 38.

Septembre 2003 : rencontre virtuelle avec Christian Boyer, auteur d'un savoureux carnet illustré sur le GR20 qui me caricature tantôt en Rosie de Palma (voir ici) ou en Roselyne Bachelot (voir ci dessous), à sa décharge, il ne m'a jamais rencontrée dans la vraie vie ! Pas mal, non ?

Octobre 2003 : L'appuntamentu, site qui se propose de faire connaître les webmasters corses, m'a fait l'immense honneur d'être l'interviewée du mois. Le site est également le coup de coeur du mois du site Corse Terre d'images.

Février 2005 : Rencontre avec Jean-Claude Casanova. Issu d'une famille corse (ligne paternelle originaire de Sollacaro, maternelle de Sartène), il est né sur le continent et y réside toujours. Il n'a connu la Corse qu'à l'âge de 18 ans mais y retourne en famille pratiquement chaque année. Inconditionnel du groupe A Filetta depuis la fin des années 80, il assiste à un maximum de leurs concerts. De ce fait, il a souvent l'occasion de discuter avec Jean-Claude Acquaviva ou un autre membre du groupe, avant ou après les concerts. Un très bon correspondant donc, à qui je laisse volontiers la plume pour enrichir ce site de ses impressions et photos. En février 2006, Jean-Claude a lancé son propre site internet : L'invitu.

Août 2006 : le site est à nouveau cité dans Corse Matin au sujet d'un article sur le Palais Guelfucci. Voir l'article.

Septembre 2006 : j'apprends par Jean-Claude Casanova que le site est cité page 77 du guide du Routard 2006/2007, rubrique sites internet en compagnie d'autres sites internet sur les polyphonies corses. Une consécration pour le webmaster, elle-même cliente du Routard depuis presque 20 ans.

Février 2009 : en lisant l'interview de mon ami Jean-Claude Casanova sur le site http://invistita.fr/news-invistita/ l'idée me vient de publier un texte que j'avais écrit pour célébrer les 5 ans du site et que je n'ai jamais mis en ligne. Et voilà, avec presque deux ans de retard mais c'est l'intention qui compte, non ?

Le 9 juin 2009, le site aura 7 ans. Un micro événement qui risque de passer inaperçu dans la blogosphère mais qui a son importance dans ma petite vie de webmaster.

Que dire aux nombreux visiteurs qui sont passés sur ces pages, si ce n'est un grand MERCI pour avoir donné un peu de légitimité à cette existence. Car un site ce n'est pas seulement du contenu ou du contenant, c'est aussi une quête, parfois une béquille, un besoin vital de laisser une trace, une recherche de reconnaissance, une façon d'assouvir sa curiosité, un formidable outil pour faire des rencontres. Visiblement, vu l'explosion des blogs ces dernières années, je ne suis pas la seule à m'être rendue compte de tous ces avantages. Pour autant, le site, qui a toujours eu cette forme de vieux site html ringard n'a pas pris le virage technologique des blogs qui fleurissent en trois clics à peine. J'admire la ponctualité des bloggeurs qui pondent leur billet tous les jours et qui trouvent toujours à se renouveler même avec des petits instantanés de la vie quotidienne – Koko, c'est à toi que je pense, toi qui alimente avec tant d'assiduité "Vivement l'Eté" malgré une vie famille trépidante. Dans la mesure où je travaille devant mon ordinateur toute la journée, l'ordinateur me sort parfois par les yeux alors que l'écran plat de ma TV TNT et ses 18 chaînes me fait les yeux doux. Résultat, je vis un peu sur mes lauriers et me contente la plupart du temps de mettre le site à jour, ce qui déjà est un boulot en soi, alors que je pourrais en faire plus. Il se trouve aussi que je n'ai pas envie d'écrire sur tous sujets et que je préfère me consacrer à mon univers corse, lui-même très limité car il y aurait tant à écrire sur la Corse.

Que dire aux presque 35.000 visiteurs depuis le 9 juin 2002 ?

Evacuons en premier les petits désagréments qui sont en fait la rançon de la gloire.
On me prend souvent pour l'office du tourisme de la Corse que je ne suis pas. L'office du tourisme de la Corse existe, il est là : http://www.visit-corsica.com/, il est géré par des professionnels du tourisme qui sont basés localement (enfin j'espère qu'ils ne l'ont pas délocalisé en Chine), bref, ils sont là pour organiser vos vacances. Moi pour gagner ma vie, je suis documentaliste juridique, d'origine corse certes, mais sans aucune légitimité pour vous conseiller sur vos vacances en Corse. Je dirais même, quand il s'agit d'organiser mes propres vacances en Corse, je suis une cliente lambda. J'achète les guides, je surfe sur internet, je téléphone, je me documente mais ce n'est pas parce que je m'appelle Guelfucci que j'ai plus de facilité que n'importe quel touriste belge ou suisse. La seule différence est que je n'ai normalement pas à épeler mon nom au téléphone sauf lorsque je tombe sur un saisonnier picard. Tout cela pour vous dire que si je ne suis pas toujours aimable lorsqu'un lecteur me demande de lui planifier ses randos ou de lui réserver sa location c'est parce que ce n'est pas mon métier, ni ma vocation et qu'il me viendrait pas à l'idée de pratiquer de la sorte lorsque je vais en vacances sur le continent ou à l'étranger. Voilà c'est fait, mais rassurez-vous, ces petites demandes qui tombent en général en avril-mai au moment où les retardataires se mettent à penser à leur vacances, sont malgré tout assez minoritaires. A côté de ça, il y a les nombreux messages toujours amicaux laissés sur le livre d'or, les échanges fructueux avec des acteurs locaux, une grande solidarité entre webmasters qui abordent les mêmes sujets, la très grande fierté d'être citée comme une source fiable d'information, le plaisir d'apporter une réponse à un lecteur, de faire connaître un artiste, de mettre en commun des connaissances pour les rediffuser notamment dans le cadre de la généalogie et bien d'autres sources de satisfaction.

Parfois je me pose des questions sur ma légitimité de maintenir ce site à jour. Je ne parle pas le corse et j'habite en région parisienne; l'information a parfois du mal à venir jusqu'à moi surtout quand les congés sur l'île se font rares. Or il semblerait toutefois que ceux qui parlent le plus de la Corse sur internet ne soient pas forcément des résidents locaux, voir notamment l'énorme travail de mon ami Jean-Claude Casanova sur l'Invitu et celui de Philippe Evrard sur Corse Sauvage. Les corses semblent avoir du mal à livrer leurs états d'âme sur internet, seraient-ils pudiques ? La réponse m'est confirmée par le très pittoresque documentaire "En campagne...à Cervione", diffusé par France 5 le 21 février 2009. A cette même question le père Olive répond qu'il y a dans le caractère corse (introverti), à a fois une part de respect humain mais surtout une crainte prononcée du "qu'en dira-t-on". De fait, les corses gardent pour eux-mêmes non seulement leurs pensées les plus secrètes (ce qui me semble bien légitime) mais aussi l'analyse bonne ou mauvaise des évènements. S'exprimer sur la Corse, sans même y vivre, requiert donc tact et diplomatie, une ligne de conduite que je me suis fixée depuis les débuts du site et qui sous-entend également que je me refuse à aborder tout sujet politique ou pouvant porter à polémique.  

Souvent la vraie vie prend le dessus. Je quitte alors volontiers le territoire du virtuel pour me payer de bonnes tranches de vie dans le réel : concerts de groupes corses en région parisienne, rencontres polyphoniques de Calvi, déjeuners entre webmasters en terrasse autour d'une assiette de fromages corses et autres réjouissances toutes aussi festives.
Certes le travail de fourmis les longs dimanches d'hiver me convient bien, car finalement webmaster amateur est le prolongement de ce métier de documentaliste qui m'a toujours passionnée. On recherche, on compile, on rediffuse, je suis en plein dedans. Mais ce qui me plait le plus c'est lorsque la vraie vie prend le dessus : claquer la bise à un artiste après un concert, lever un petit verre de muscats entre amis, me faire dédicacer un ouvrage par l'auteur présent en face de moi, mettre à dure épreuve ma condition physique de citadine pour atteindre un sommet insulaire, ouvrir avec excitation un petit colis qui arrive de Corse, faire la connaissance d'un lecteur ou d'une lectrice qui n'était qu'un e-mail. Pourvu que ça dure et qu'il y ait encore de nombreux échanges et des rencontres toujours aussi passionnantes. Je compte sur vous pour ça et encore MERCI du fond du cœur !               

Décembre 2009 : Une nouvelle charte graphique pour la Home du site
C'est en échangeant avec Antoine Marini, graphiste, qu'il m'a fait comprendre, avec beaucoup de tact, que la Home du site aurait bien besoin d'un petit lifting. Et pour cause, elle n'avait pas changé depuis l'origine du site (2002) et elle commençait sérieusement à me lasser alors j'imagine un peu mes lecteurs ! Après quelques échanges sur les goûts et les couleurs et quelques crises aigues sur le de droit à l'image aggravées par mon milieu professionnel, me voilà à la tête d'une nouvelle Home. En 7 ans, on ne peut pas dire que j'ai beaucoup progressé en html, d'où quelques flottements à prévoir en décembre 2009 jusqu'à ce que je retrouve mes marques.
Antoine Marini est graphiste et web designer. Il a notamment réalisé les sites et documents publicitaire de Jean-Marc Poggi et François Tomasi dont je parle sur ce site, ici.
Quelques explications sur le nouveau logo. La photo de gauche a été proposée par Antoine et comme elle est emblématique de la Corse sauvage et de la randonnée en Corse, elle avait bien sa place ici. Graphiquement, j'aime beaucoup le halo du soleil. La photo de gauche est une photo de Tralonca, image de Philippe Sarthou. J'en parle sur la page consacrée à Tralonca, qui je le rappelle ici est le berceau de ma famille paternelle. La tête de maure centrale est un cadeau de mes parents à la famille Fournier, également originaire de Tralonca. Le blason est fixé sur un mur en pierre mais j'ai insisté auprès d'Antoine pour qu'il me rajoute un fondu de lauzes. Après réflexion, un toit de lauzes tout en haut d'une page qui s'appelle "Home" dans le langage informatique, ça a du sens non ? Le logo et son écriture son l'œuvre d'Antoine Marini. Il paraît qu'il fait très années 70, ça tombe plutôt juste car je suis une fille des années 70 ! Voilà, merci Antoine !

Mars 2011 : Salon du livre 2011
Un petit encadré qui parle du site dans La lettre corse de Jean-Louis Andreani. Le numéro 29 de mars 2011 est consacré aux éditeurs corses.
Voir l'interview.
Cybernana par Christian Boyer

Merci à tous !

Merci surtout aussi à tous les visiteurs connus ou inconnus qui ont pris le temps de me laisser un petit message, comme dirait Chiquo :
 "ça fait chaud dedans le cœur" !

Dessin de Christian Boyer

 
© 2003-2011 Réalisation et Conception Carole Guelfucci 
Dernière modification le 21/03/2011