CORSE A PARIS


Une page pour dire comment on peut vivre sa corsitude à Paris.

Pour quelques adresses de restaurants corses ou d'épiceries corses voir les pages consacrées à ce sujet.
Pour les senteurs voir la Page Parfum de corses et pour les cosmétiques, voir Cosmétiques corses.
Pour certains objets, il faudra néanmoins se rendre sur place, voir la page Souvenirs corses.

Ceccaldi, artisan coutelier

Ceccaldi, artisan coutelier


Avril 2009
. C'est un samedi matin. Nous allons voir l'expo sur les carnets de voyage au Musée de la Poste dans le 15ème. L'appel du voyage se fait sentir. Le voyage pour la Corse est d'ailleurs en partie organisé, ce matin même, je viens juste de régler le billet de bateau.
Sur le chemin nous tombons sur cette boutique. Dans un premier temps je ne vois pas l'enseigne mais j'identifie immédiatement les lames damassées et les manches plus rustiques que bobo-bohèmes. En prenant un peu de recul sur la rue, je découvre les belles lettres calligraphiées de Ceccaldi. Sang corse ne saurait pas mentir, c'est l'extase, amplifiée sans doute par cette découverte surprise d'une marque que je connaissais depuis bien longtemps mais dont j'avais oublié l'implantation parisienne.
Pourtant je suis normalement plus bijoux-maquillage-fringues (la vraie fille) que fines lames, mais tout d'un coup la vie sans curnicciolu (couteau de berger corse) me semble bien fade. Des pièces utiles (couteaux de berger, couteaux de chasse, couteaux de cuisine, couteaux de table) aux pièces plus décoratives (stylets, vendetta), tout est beau, authentique, vivant. Rien que le mot curnicciolu est déjà tout une promesse. Une image me vient subitement à l'esprit : printemps dans le maquis, randonnée de quelques heures, pause méritée sur un rocher, charcuterie et pain que l'on sort du sac à dos, sortir un Ceccaldi de la poche parce dans un cadre pareil un opinel ou un laguiole n'ont pas leur place, caresser le manche en corne de chèvre et tailler de bonnes tranches de pain et de bons bouts de lonzu ou de saucisse. Me voilà dans un délire à la Jean-Luc Petitrenaud ! Finances obliges, stop le rêve, juste quelques photos pour se laisser le temps de réfléchir, d'économiser et de revenir avant l'été; c'est décidé, ça sera un curnicciolu !
D'après le vendeur, les prix pratiqués dans la boutique du 6ème sont les mêmes qu'en Corse, ce qui relève presque de l'exploit commercial compte tenu du quartier.

Ceccaldi artisan coutelier, 15 rue Racine, 75006 Paris. Tél : 01.46.33.87.20 - Métro Odéon ou Luxembourg
Ouverture d'un site web en 2013 : http://www.couteaux-ceccaldi.com/eshop/

Pour ceux qui ne peuvent vraiment pas se déplacer en Corse ou dans leur boutique parisienne car, parole de fille habituellement peu sensible à tout ce qui est blessant et tranchant, il faut toucher en prendre en main les couteaux pour apprécier pleinement leur beauté. Du grand art !

Un très élogieux article paru en novembre 2013 dans le New-York Times, http://www.nytimes.com/2013/11/04/fashion/Knives-From-Corsican-Tradition-to-Paris-Trend.html?_r=1&

Mai 2014 : Ahhh le graal ! Un service de 6 couteaux de table Ceccaldi que nous venons d'acheter grâce à une dotation de Noël 2013. Il s'agit du modèle Euclide avec un manche en corne. La série de 6, bien qu'homogène, est composées de six couteaux aux manches forcément différents les uns des autres. La forme de la lame est très design. Une jolie signature cursive est apposée sur chaque lame. Le couteau est à la fois bien présent dans la main (forme très ergonomique), doux au toucher (manche poli) et bien sûr très tranchant. Un art de la table que nous espérons bientôt faire découvrir à nos convives.

Noël 2014 : Le père Noël nous a livré un couteau de cuisine au manche en corne.

Avril 2015 : La maison Ceccaldi ouvre une seconde boutique parisienne, rive droite, au 9 rue des capucines, dans le 1er arrondissement.

Artisan coutelier depuis 1978

Taillée entre tradition et modernité, entre père et fils, la coutellerie Ceccaldi maitrise un savoir-faire artisanal et respectueux de ses origines qu’elle adapte au monde contemporain. Ainsi Paris symbolise l’union entre un patrimoine gage d’authenticité, et l’effervescence novatrice. Depuis les premières créations en 1978 l’idée que se fait la maison Ceccaldi du couteau est restée la même : un objet de tous les jours, utile et esthétique, un outil qui sublime le quotidien. Les lignes épurées et la noblesse des matériaux employés confèrent à ces couteaux, caractère et authenticité.

Nouvelle adresse à Paris : 9 rue des Capucines, 75001 Paris, Tél. : 01.40.26.73.97 - Métro Opéra ou Madeleine

J'ai été conviée à l'inauguration de la nouvelle boutique Ceccaldi le jeudi 9 avril 2015. Nous avons été très chaleureusement reçus par Messieurs Ceccaldi père et fils, qui, pour l'occasion, s'étaient approvisionnés en charcuterie et en fromages corses. Non seulement c'est une très belle boutique qui reprend une partie des codes de la première adresse parisienne mais elle se situe dans un quartier prestigieux et touristique, proche de la rue de la Paix, de l'Opéra et du quartier japonais autour de la station de métro Pyramides. Nul doute que les touristes de passage ne manqueront pas de passer chez Ceccaldi. Je pense notamment aux japonais pour qui l'art de la table et l'art de la coutellerie tiennent une place très importante dans l'art de vivre. La décoration soignée, moderne et sobre met bien les couteaux en valeur. Notre préférence reste sur le modèle de couteau de table Euclide photographié ci-dessous mais d'autres modèles sont tout aussi élégants. A noter un des modèles de couteau de table se décline aussi en fourchettes et grandes cuillères. Le couteau traditionnel de berger corse (u cursinu) fera un précieux cadeau (à condition d'être accompagné d'un échange de monnaie pour ne pas briser l'amitié), quant aux lames damassées elles sont de toute beauté. Père et fils sont d'une exquise gentillesse et d'une grande disponibilité. Qu'elle fierté de porter l'artisanat corse à un niveau aussi élevé ! Une visite s'impose car les photos ne rendent pas justice à la beauté des lames.

"Les couteaux corses de la maison Ceccaldi montrent le raffinement et l'esprit connaisseur de ceux qui les présentent à leur table. Sans esprit de vendetta, on les utilise pour couper une viande ou pour agrémenter une table de caractère. Cet objet de tous les jours qui sublime le quotidien est un cadeau utile et esthétique, à offrir contre une petite pièce de monnaie bien entendu. Comme à Porticcio, Bonifacio, Corte ou Sartène, un atelier de réparation et d'affûtage est disponible dans les boutiques parisiennes car...les couteux sont garantis à vie". Source : Infrarouge, n° 172, 2015.
 

Ceccaldi, modèle Euclide

Ceccaldi, artisan coutelier

Ceccaldi, artisan coutelier

Boutique Ceccaldi 9 rue des Capucines, 75001 Paris
Inauguration de la 2ème boutique Ceccaldi à Paris - Avril 2015

Boutique Ceccaldi 9 rue des Capucines, 75001 Paris
et pour l'occasion un appétissant cocktail corse...

Boutique Ceccaldi 9 rue des Capucines, 75001 Paris
Vitrine de la boutique Ceccaldi,

Boutique Ceccaldi 9 rue des Capucines, 75001 Paris
Lame damassée

Parce que je ne suis pas documentaliste pour rien, 
un petit article de Télérama Sortir (n° 2982 du 7 mars 2007), 
conservé précieusement depuis deux ans.  

Voir aussi leur site internet http://www.couteaux-ceccaldi.com

 

Avril 2009, vue Rue de Rennes dans une boutique de cadeaux.
Pas typiquement un souvenir corse, quoique...
Il y avait aussi dans cette même boutique un drap de bain fantôme.
Était-ce la préparation de notre séjour sur l'île, ou l'état d'euphorie du jour ? Le fait est que plusieurs mois après ces images nous font toujours autant sourire.

Cashmere corse

Juillet 2009, un cashmere corse en haut de l'avenue Victor Hugo, sur le chemin quotidien du travail. Un véritable appel au caprice vestimentaire !
J'ai résisté...en voyant le prix ! Si sponsor fortuné passe par ici, taille 36, ferait mon bonheur...
La marque qui diffusait ce modèle en 2009 est : http://hobbscashmere.com/ (je ne suis pas sûre qu'il existe encore)

 

Février 2010, le petit accessoire qui me met en joie, commandé sur internet, c'est le tire-bouchon Napoléon de marque Brabantia. Pour déboucher une bonne bouteille de Patrimonio, ça s'imposait !

Bleu de Chine

Mai 2010 : Télérama m'apprend que chez Sinologie (20 rue Monsieur Le Prince à Paris dans le 6ème) ils vendent des Bleus de Chine.
Or le Bleu de Chine, c'est vraiment l'uniforme du vieux baroudeur corse. Impossible de trouver une explication sur l'attrait des corses pour le costume de travail chinois sur internet. Je présume que l'uniforme est arrivé dans le sud de la France et en Corse par le biais des marins [si vous détenez un petit historique du bleu de Chine, ça m'intéresse], ce qui explique qu'on le trouve porté plus facilement dans les villes portuaires qu'en pleine montagne. Quoiqu'il en soit, Télérama a dit, j'ai suivi !
Je pensais que le costume n'existait qu'en version homme, l'occasion était donc trop bonne d'aller vérifier que les femmes aussi ont droit à leur Bleu de Chine.
En fait de version femme, il est difficile lorsque que l'on présente un petit format (format femme chinoise d'ailleurs) de trouver costume à sa taille. La taille 36 présentée ressemblait plutôt à du 44. Après hésitation, j'ai donc opté pour la version enfant, taille 16 ans qui est déjà bien assez grande. Sauf qu'il paraît que ça bouge au lavage, dixit la vendeuse, pas trop j'espère ? En attendant le lavage, il va falloir fixer l'affaire ! Car le Bleu de Chine c'est de l'indigo à l'état pur et ça commence à déteindre dès la cabine d'essayage ! Autant vous dire que je me suis renseignée sur la recette miracle pour fixer la couleur. Les vendeurs m'ont eu l'air peu au point sur le sujet, on m'a bien parlé de vinaigre et de sel mais sans me donner les quantités, ni le temps de trempage. Quant à laisser tremper mon beau costume tout neuf une nuit entière dans un bain de vinaigre, je suis un peu méfiante. Avant d'opter pour le bleu, un petit passage au pressing semble s'imposer.
A noter, la boutique vend aussi des petits chaussons chinois, à assortir au costume (voir même des besaces ou des caquettes en toile frappées de l'étoile rouge pour les puristes) et tout plein d'articles textiles du plus bel effet, principalement à base de pivoines, l'imprimé phare de la saison.
Et comme un bonheur ne vient jamais seul, lorsque vous sortez de chez Sinologie, vous êtes à quelques mètres du coutelier Ceccaldi (voir ci-dessus), histoire d'acheter le couteau à glisser dans la poche de la veste.

Petite mise à jour de novembre 2011 d'un lecteur sur la fixation de la couleur : "On vient de m'en offrir un et je l'ai laissé tremper plus de 24 h dans un mélange aléatoire eau-vinaigre (presque un flacon!), puis un lavage en machine immédiatement après. Ça a parfaitement tenu et les couleurs sont éclatantes.
Pour info, car je me suis intéressé au sujet, les teinturiers antiques utilisaient des fixateurs pour les teintes. Le plus efficace était l'alun, provenant de Syrie, mais le plus commun était un bon vieux bain... d'urine, collectée dans les rues à cet office. De là à appliquer cette méthode à notre veste il y-a un pas !"

Petite mise à jour de juin 2015 concernant l'attrait des corses pour le Bleu de Chine : "Il y a une trentaine d’année, j’avais posé la même question à un ami corse qui le portait tous les jours. Son explication fut la suivante : un corse, précisément baroudeur, aurait ramené de Chine par bateau plusieurs conteneurs de Bleus de Chine. Et il aurait tout simplement envahi la Corse avec cet énorme lot qu’il vendit très bon marché ! Et comme c’est du coton de bonne qualité et quasi inusable, et qu’il peut se porter en beaucoup d’occasions, il est ainsi devenu LE Costume corse par excellence !"

Marque Trebasgi

Marque Trebasgi

 

Février 2012 : le costume corse sur mesure remis au goût du jour et confectionné en France existe, je l'ai trouvé sur internet.
Pas réservé aux "néo-bergers-bobos-parigots" puisqu'il est possible de le commander de partout sur....

... http://www.trebasgi.com/ (avec en prime l'explication du nom de la marque).
 

Spaziu, media corse

Avril 2015 : lors de l'inauguration de la seconde boutique corse du coutelier Ceccaldi, j'ai fait la connaissance de Brice et Micah, deux jeunes trentenaires (?) à la tête de l'agence de communication Spaziu.

Ils viennent d'ouvrir un espace parisien dans le 17ème, un appartement qui leur permettra d'organiser de l'événementiel autour du de l'art de vivre corse.

Comment vous dire... l'art de vivre corse, c'est finalement un peu ce que je pratique sur ce site depuis 13 ans sauf qu'avec mon vieux site internet en html tout moche je suis restée à l'âge de pierre, un temps que ni Brice, ni Micah ne peuvent connaître !
Donc sur le coup, lorsque j'ai découvert le site Spaziu, j'ai pris une sacrée claque, un sacré coup de vieux !
Heureusement, que j'avais dans les tuyaux, et c'est un sacré SCOOP que je vous révèle un projet de refonte total du site avec un logiciel, un vrai nom de domaine et une charte graphique digne de ce nom, sinon je crois que j'aurais eu bien honte d'usurper le titre de blogueuse corse ! Finalement après ce grand moment de solitude, je me dis que ça fait vraiment plaisir de voir des jeunes qui en veulent et qui vont mettre la Corse à l'honneur avec des techniques de communication et des moyens que je n'ai pas.
D'autre part ils sont très charmants et n'ont pas du tout pris la carte de visite toute minable que je leur tendais avec dédain. Bien au contraire, ils m'ont conviée à une semaine de promotion autour de la Corse qu'ils organisent courant avril.
Mon nouveau site c'est pour dans plusieurs mois car d'une part il n'est pas encore construit, d'autre part, j'envisage de reprendre l'intégralité du contenu article par article avant de le lancer. En attendant, je vais essayer de prendre de la graine au contact de Spaziu et de ses talentueux communicants.

 

 






© 2002-2015 Réalisation et Conception Carole Guelfucci 
Dernière modification le 23/10/2015